Retour

Droits des transgenres : une législation « qui va aider la société à évoluer » - Michelle Monette

Michelle Monette, retraitée du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec qui a subi une opération pour devenir une femme en 2012, croit que le projet de loi C-16 permettra une prise de conscience et plus d'ouverture face aux transgenres.

Le gouvernement Trudeau a présenté mardi le projet de loi C-16 interdisant toute discrimination sur la base de l'identité de genre et l'expression de genre. Si le projet de loi est adopté dans sa forme actuelle, il modifiera la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel pour y inclure les propos haineux motivés par les préjugés liés à l'identité et au genre.

Michelle Monette, qui dit avoir eu la chance de ne pas subir de discrimination au travail face à son statut de transgenre, estime néanmoins que l'application d'une telle loi aidera la société à évoluer.

« S'il y a des juges qui condamnent des personnes parce qu'elles ont des attitudes discriminatoires envers les personnes trans, ça va faire réfléchir d'autres personnes. Je le vois comme un outil pour réparer et aider la société à évoluer. »

Elle souligne qu'il est temps de voir enfin l'identité de genre protégée.

« Il faut que les gens comprennent que c'est un droit, c'est une réalité avec laquelle il faut que la société compose. Ce n'est pas d'aujourd'hui les transgenres, c'est de l'Antiquité », souligne-t-elle.

« Un pas en avant », dit Micheline Montreuil

Micheline Hélène Montreuil, qui a remporté deux causes de discrimination dans les années 2000 contre des institutions fédérales, se réjouit également du dépôt du projet de loi.

L'avocate a subi des menaces dans les années 90 après avoir entrepris des démarches pour adopter une identité féminine. Elle croit que le dépôt de ce projet de loi répond à un besoin pour de nombreuses personnes.

« J'ai été chanceuse dans mon cas parce que j'étais et je suis toujours avocate. Je suis capable de me défendre, de monter des dossiers, mais pour monsieur et madame tout le monde qui serait pris dans ce problème là, je pense que la législation fédérale est un pas en avant. »

Elle espère que la loi sera adoptée et véritablement appliquée.

C'est la septième fois qu'un projet de loi en ce sens est présenté à la Chambre des communes, mais la première fois qu'il est déposé par le gouvernement. Les libéraux en avaient fait un engagement électoral et répètent que le Canada ne tolèrera pas la discrimination.

Les libéraux étant majoritaires, l'adoption du projet de loi ne fait guère de doute.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine