Retour

Du soutien pour passer de l'armée à la vie civile

Les vétérans qui quittent l'armée canadienne pour des raisons médicales pourront continuer à obtenir des services des centres de la famille des bases militaires. Ottawa finance un projet pilote dans sept centres au pays, dont celui de Valcartier.

Jusqu'ici, les services des centres de ressources étaient réservés aux proches des militaires en fonction. Ainsi, ceux qui quittaient l'armée à la suite de blessures physiques ou psychologiques étaient laissés à eux-mêmes. Les vétérans et leur famille pourront maintenant être accompagnés pendant deux ans.

« Ils utilisaient nos services et, du jour au lendemain, ils n'avaient plus accès à nos services lorsqu'ils étaient libérés. On est heureux de pouvoir continuer à les accompagner pour qu'ils transitent en douceur vers la vie civile », a déclaré la directrice générale du Centre de la famille de Valcartier, Marie-Claude Michaud.

Les « nouveaux vétérans » ont une quarantaine ou cinquantaine d'années et ils ont souvent des enfants à charge, explique-t-elle.

Les centres de la famille offrent plusieurs services, du soutien psychologique à l'aide à l'emploi.

Cette annonce représente une importante victoire pour le lieutenant-général à la retraite, Roméo Dallaire, qui parle d'un « pont » entre la « période de l'uniforme » et la vie civile. Une période représente un stress important pour plusieurs.

Roméo Dallaire croit que l'aide offerte pourra permettre à certains de ne pas commettre l'irréparable.

« Ça a pris quasiment 20 ans, quand on regarde la bataille qui a commencé en 96-97, après qu'on ait réalisé que nos militaires, une fois qu'on leur enlevait l'uniforme, ils tombaient dans un gouffre, ils étaient abandonnés », affirme M. Dallaire.

Le centre de la famille Valcartier qui accompagne environ 4000 familles par année prévoit accueillir 400 personnes de plus par année grâce à ce programme.

Le projet pilote d'une durée de 4 ans est financé par les ministères des Anciens combattants et de la Défense nationale.

Les six autres centres de ressources qui participent au projet sont ceux d'Halifax en Nouvelle-Écosse, de North Bay et Trenton en Ontario, Shilo au Manitoba, Edmonton en Alberta et Esquimalt en Colombie-Britannique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine