Retour

Eau contaminée à Shannon : la Cour d'appel reporte l'audience

La Cour d'appel a décidé de reporter à une date indéterminée l'audition de la cause dans le dossier de l'eau contaminée au trichloréthylène, le TCE, à Shannon, après que le Regroupement des citoyens ait soumis une nouvelle preuve

Les représentants des citoyens se sont présentés devant le tribunal, lundi, dans l'espoir de faire ajouter au dossier les données compilées par son propre expert à partir d'un rapport préliminaire de la Santé publique.

Le rapport du Dr Claude Tremblay avance que les risques de développer un cancer étaient 3,5 fois plus élevés à Shannon que dans les secteurs voisins.

Les trois juges de la Cour d'appel ont d'abord reproché à l'avocat du Regroupement des citoyens de présenter cette nouvelle preuve à seulement deux semaines de l'audience et d'en avoir fait d'abord état dans les médias.

La Cour d'appel devait entendre la cause sur le fond dans la semaine du 22 février. Un délai qui ne permet pas l'analyse des nouvelles données. Afin d'avoir toutes les preuves en main, les magistrats ont aussi décidé d'attendre le dépôt du rapport final de la Santé publique qui est prévu ce printemps.

Les juges de la Cour d'appel ont aussi suggéré aux parties d'envisager de retourner le dossier à la Cour supérieure à la lumière des nouvelles preuves.

Les citoyens satisfaits

Le Regroupement des citoyens est satisfait de la décision des juges, même si elle implique de nouveaux délais. « Il faut avoir toutes les preuves. C'est important de prendre le temps. Et c'est ce que le juge a dit. Attendons les autres rapports, les autres preuves. Le temps joue peut-être en notre faveur », affirme la présidente du Regroupement, Marie-Paule Spieser, à la sortie du tribunal.

La suggestion de ramener le dossier en Cour supérieure sera examinée par les avocats des citoyens. « C'est une décision qui va se prendre dans les prochaines semaines. On va tout faire dans l'intérêt de Shannon », ajoute Mme Spieser.

Chantal Mallette, la mère d'un garçon mort à 18 ans d'un cancer à Shannon, est prête à continuer à se battre. « Ce que je veux c'est la vérité, je veux aller au fond. Si ça prend 10 ans, bien ça prendra encore 10 ans », soutient l'ex-résidente de Shannon.

 Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, qui chapeaute la Santé publique, s'est dissocié des conclusions du Dr Tremblay. Le rapport final de la Santé publique sera dévoilé en mars ou en avril.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité