Retour

Eau potable : des promoteurs immobiliers veulent être entendus

Un regroupement de 14 promoteurs immobiliers de la couronne nord de Québec, a entrepris une série de démarches pour être entendu dans le débat sur la protection de l'eau potable. Les constructeurs veulent montrer qu'un développement respectueux de l'environnement est possible.

Le « regroupement des acteurs économiques du secteur immobilier », qui est représenté par l'avocate Mélissa Devost de Norton Rose Fulbright Canada, a fait part de ses revendications à la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), dans une lettre envoyée la semaine dernière.

« L'objectif, c'est de trouver un moyen que nos clients se fassent entendre auprès de la Communauté métropolitaine de Québec. C'est vraiment d'avoir l'occasion de pouvoir discuter sur les prochaines normes s'appliquer et d'être en mesure de proposer des solutions », explique Me Devost.

Les constructeurs qui possèdent des terrains dans le bassin versant du lac Saint-Charles préparent également des mémoires qui seront déposés d'ici le début de la semaine prochaine. Ils ont retenu les services de la firme de consultants en environnement EnGlobe pour étayer leurs points de vue. Ils y présenteront « un éventail de situations et de solutions ».

« Il y a beaucoup de façon de minimiser les impacts sur l'environnement », plaide l'avocate.

Dans un communiqué envoyé mardi aux médias, le regroupement déplore une « attitude de fermeture et de confrontation » des élus. Les promoteurs craignent « un rejet arbitraire "mur-à-mur" » de tout développement futur dans la couronne nord.

La Communauté métropolitaine de Québec entend freiner le développement des nouvelles constructions pour préserver son réservoir d'eau potable. En décembre, un moratoire de trois mois a été adopté pour arrêter le développement en bordure du lac Saint-Charles.

L'avocate dit avoir « bon espoir » d'obtenir un signal positif des élus de la région. « Les élus qui font parti de la Communauté métropolitaine de Québec ont le devoir d'écouter les citoyens », dit Me Devost, qui ne veut pas s'avancer sur les mesures envisagées en cas de refus.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards