Retour

Élections fédérales : les vacanciers ont la tête ailleurs

Les rumeurs d'un déclenchement hâtif de la campagne électorale fédérale se font de plus en plus persistantes. Cependant en plein été, l'électorat ne semble pas avoir la tête aux élections.

C'est le cas de Rémy Vaillancourt, un vacancier rencontré à une piscine de quartier. « Ce n'est pas une bonne idée. En plein été, le monde n'a pas envie de faire ça, ils profitent du beau temps », pense-t-il.

La députée néo-démocrate Annick Papillon est du même avis. « C'est clair que les gens ont beaucoup plus la préoccupation de savoir ce qu'ils vont manger sur le barbecue ce soir plutôt que d'entendre parler d'élections. »

Plusieurs experts s'entendent pour dire que la campagne électorale est à nos portes.

« Les rumeurs qui circulent, c'est le 3 ou le 8 août. Moi, ce qui m'apparaît le plus crédible, c'est le 8 août », affirme l'ancien organisateur politique Stéphane Viau. Selon lui, les conservateurs bénéficieraient d'une campagne de plus longue durée. « Le Parti conservateur est le parti le mieux organisé, et de loin, en particulier financièrement », soutient-il.

C'est aussi ce que pense le ministre Denis Lebel, qui en a glissé un mot lors de son passage à Québec cette semaine. « Si la campagne est plus longue, ça va nous laisser davantage de temps pour parler de ce dont les autres partis ont à offrir », a-t-il affirmé. 

Des préparatifs déjà entamés

Du côté des partis d'opposition, on termine les préparatifs en vue de la prochaine campagne électorale. Certains candidats, comme le libéral Youri Rousseau, sont même déjà sur le terrain.

La loi sur les élections à date fixe impose la tenue du scrutin le 19 octobre. La campagne électorale doit durer au moins 37 jours, mais aucune durée maximale n'est fixée par la loi. Le premier ministre Stephen Harper peut donc lancer la campagne fédérale dès la semaine prochaine, s'il le désire.

Plus d'articles

Commentaires