Retour

Élections fédérales : lutte à finir dans Montmagny

La course électorale s'annonce serrée dans Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup. Le candidat conservateur Bernard Généreux entend bien reprendre le siège que lui a ravi son adversaire, le néo-démocrate François Lapointe, en 2011. Bernard Généreux avait perdu par 9 voix après un dépouillement judiciaire.

Le conservateur fait campagne depuis un bon moment déjà. Après sa défaite crève-coeur, Bernard Généreux n'a jamais caché qu'il souhaitait reprendre son siège. Cette fois-ci, il a redoublé d'efforts pour rencontrer les électeurs.

« Je me suis assuré de faire les 58 municipalités de la circonscription. J'ai cogné à plus de 3000 portes. J'ai parcouru plus de 11 000 kilomètres. Ça va super bien. Sincèrement, ça va très très bien. »

Le député sortant François Lapointe sait bien que tout n'est pas joué d'avance dans cette élection, mais il reste confiant.

« Les électeurs me disent: "François, il faut absolument que tu puisses battre le conservateur." C'est ça que j'entends sur le terrain. »

Une course à trois?

Une autre candidate pourrait venir brouiller les cartes dans la circonscription. Il s'agit de la libérale Marie-Josée Normand. Elle jouit d'une bonne réputation. Elle est la fille de Gilbert Normand, ancien maire de Montmagny et député libéral sous le gouvernement de Jean Chrétien.

Elle remarque que les électeurs sont plus en plus à l'écoute lors de son porte-à-porte.

« Là, je le sens sur le terrain. Mon chef, Justin Trudeau, travaille très bien. On est en train de se positionner de façon très intéressante. »

Il y a officiellement six candidats dans la course, dont le bloquiste Louis Gagnon.  

Plus d'articles

Commentaires