Retour

Élections municipales : débat sur la mobilité

Dans le cadre de la campagne électorale municipale Rémy Normand d'Équipe Labeaume, Christophe Navel de Démocratie Québec et Alexandre Pettigrew de Québec 21 ont particpé à un débat sur la mobilité diffusé à l'émission Première heure. Ils ont fait part de leur vision de la sécurité routière, du transport en commun et du 3e lien.

Sécurité routière

Pour Alexandre Pettigrew, la vitesse dans les rues et la protection de la voie cyclable font partie des premières préoccupations dans Saint-Louis-Sillery.

« Ça roule vite dans les rues, on a le privilège à Sillery d’avoir des limites de vitesse à 30 km à l’heure qui datent du temps ou M. Shoiry était maire à la Ville Sillery, par contre, ces 30 km/h ne sont pas respectés, dit-il. Il y a aussi plusieurs voies cyclables dans Saint-Louis-Sillery, ce qui est un avantage, mais elles sont généralement non balisées. »

Rémy Normand partage en grande partie les constats concernant la sécurité routière. Pour remédier aux problèmes, l’Équipe Labeaume mise sur la consultation avec la population. « C’est ce qu’on s’apprête à faire dès l’élection terminée de lancer un grand chantier comme on l’a fait pour la mobilité durable, c’est-à-dire de parler avec les citoyens et voir quelles sont les meilleures mesures. » Rémy Normand parle de trouver des moyens novateurs notamment pour endiguer la circulation de transit.

De son côté, Christophe Navel remet en question les consultations mises de l’avant par l’Équipe Labeaume. Selon lui, plusieurs mesures auraient déjà dû être mises en place pour améliorer la sécurité et améliorer la mobilité. « Ça fait 10 ans que vous êtes au pouvoir, en 10 ans qu’est-ce que vous avez fait pour la sécurité routière? Pas grand-chose », lance-t-il.

Transport en commun

En ce qui a trait au transport en commun, les visions des candidats s’opposent. Québec 21 souhaite mettre de l’avant un projet pilote de navette à 1 $ et de parc-o-bus à partir du Centre Vidéotron.

« C’est un test qu’on commence avec le stationnement du Centre Vidéotron qui n’est pour l’instant pas utilisé de jour, de semaine. C’est la stratégie du parc-o-bus, approcher les gens du centre-ville et après, ça fait qu’il y ait moins de circulation à l’intérieur du centre-ville », explique Alexandre Pettigrew.

Les deux autres candidats rejettent la proposition de Québec 21 du revers de la main. Rémy Normand parle d’idée farfelue. Il note qu'un parc-o-bus au Centre Vidéotron serait inutile puisque placé en aval de la congestion et soulève une iniquité en ce qui concerne le tarif à 1 $.

Christophe Navel estime de son côté que le projet de Québec 21 serait largement déficitaire. Il souhaite plutôt mettre de l’avant la proposition de Démocratie Québec qui veut desservir l’axe est-ouest avec un tronçon de tramway. « On parle de répondre à la demande sur trois pôles d’activité, Sant-Roch-colline-Parlementaire, Université-Laval-boulevard Laurier et Lebourgneuf. Le but, c’est de répondre à la demande sur l’axe est-ouest de Saint-Roch jusqu’au boulevard Laurier. »

Rémy Normand souligne pour sa part que le nouveau projet de mobilité devra être élaboré de concert avec les citoyens au moyen des consultations. « On avait un projet qui est tombé pour les raisons que tout le monde connaît. On veut maintenant rediscuter un nouveau projet avec la population, on ne le fera pas de façon dénaturée, désincarnée, on va aller jaser avec la population au fur et à mesure qu’on va élaborer le projet. »

3e lien

Les candidats ne s’entendent pas non plus sur la question du 3e lien entre la rive sud et la rive nord du fleuve. Le candidat de Québec 21 estime que la région a besoin d’une option en cas d’engorgement des ponts actuels. « C’est dommage de toujours avoir à rajouter des voies, des options de circulation pour les voitures, mais on en est à des situations comme celle d’hier où le pont Pierre-Laporte est malheureusement bloqué », évoque Alexandre Pettigrew.

Démocratie Québec attend quant à lui de voir les résultats du bureau de projet avant de prendre position. « On n’a aucune étude à ce niveau-là, on n’a rien de chiffré, on a un bureau qui travaille dessus et lorsqu’on aura justement un rapport à ce niveau-là on pourra travailler dessus. Nous ce qu’on souhaite, c’est avant tout proposer un réseau structurant de transport en commun », réitère Christophe Navel.

Rémy Normand invite pour sa part Québec 21 à consulter la documentation ayant trait à l’étalement urbain que favoriserait un 3e lien. L’Équipe Labeaume entend demeurer aux aguets quant aux impacts sur la circulation de transit. Au final, la décision, souligne-t-il, n’appartiendra pas à la municipalité seule. « Nous, ce qu’on dit, on va participer au bureau de projet à l’étude, à fournir des données et modéliser ça et on va arriver au bout du compte à une décision qui va être gouvernementale qui ne sera pas municipale. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine