Retour

Élections partielles : guerre de pancartes en Beauce

Des affiches installées par la Coalition avenir Québec (CAQ) au-dessus de pancartes de ses adversaires en vue des élections partielles notamment dans Beauce-Sud sont la cible d'un militant libéral.

Au cours de la nuit, la CAQ a accolé aux pancartes du Parti libéral et du Parti québécois des phylactères portant des messages tels que : « Au parti libéral, on prend toujours la Beauce pour acquise. » Divers messages sont installés dans les quatre circonscriptions où se tiendra une élection partielle le 9 novembre.

Or, au moins deux de ces messages ont été arrachés dans la journée par un homme en colère, membre de la famille du candidat libéral Paul Busque.

Mis au courant des faits, Paul Busque condamne le geste de son beau-frère, un militant libéral qui a travaillé avec lui au début de la campagne.

« Ce geste-là, je le désapprouve totalement. C'est effectivement un membre de ma famille. Je désapprouve le geste, mais c'est une réponse émotive à la campagne de salissage que mène la CAQ », réagit Paul Busque.

La CAQ porte plainte

De son côté, la CAQ déplore que le militant s'en soit pris à ses pancartes. Le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, souligne que les affiches de la CAQ respectent la loi électorale.

« Ces affiches sont parfaitement légales. Donc, j'espère que les gens vont respecter ce droit que nous avons à un affichage politique qui respecte la loi. Ce qui est illégal, c'est de vandaliser des pancartes en les retirant », dit-il.

Le candidat caquiste dans Beauce-Sud, Tom Redmond, confirme que la CAQ a porté plainte auprès du Directeur général des élections pour non-respect de la loi électorale et à la Sûreté du Québec pour méfait public.

Selon le chef de la CAQ, François Legault, les pancartes controversées sont un moyen original d'attirer l'attention sur les élections partielles. « Ce que M. Couillard a essayé de faire avec les partielles, c'est de passer sous le radar. Nous, ce qu'on veut faire, c'est de ramener ça comme un enjeu. Oui, on va parler d'éducation. Oui, on va parler de TVQ. Oui, on va parler des promesses rompues de M. Couillard », a-t-il conclu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine