Retour

Ailleurs, un film sur le passage à l'âge adulte

Ailleurs, le premier long métrage du réalisateur de Québec Samuel Matteau, prend l'affiche vendredi.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Librement inspiré du roman Haine-moi! de Paul Rousseau, Ailleurs nous entraîne dans la vie de Tévé et Samuel, deux jeunes qui rêvent de la Californie et qui devront s'enfuir à la suite d'une dispute violente entre Samuel et son père. Ils seront recueillis par une bande de jeunes de la rue.

Pour son premier film de fiction, Samuel Matteau a souhaité mettre en images un récit initiatique.

« Tévé et Samu seront transformés par ce qui va leur arriver. J'ai essayé de montrer le moment où l'on cesse d'être un enfant », explique-t-il.

Interprétés par Théodore Pellerin (Samuel) et Noah Parker (Tévé), les deux amis ont une relation forte et complexe. C'est d'ailleurs par amitié que Tévé s'enfuira avec Samuel.

Le cinéaste s'est inspiré de l'énergie propre à chaque comédien pour bâtir les personnages.

« Théodore a cette espèce de maturité là, raconte-t-il, quelque chose de très grave. Noah Parker, lui, est très doux, silencieux, lumineux. Ils se complètent très bien. »

Filmé à Québec

Ailleurs nous entraîne dans un univers glauque et pourtant lumineux. La grotte dans laquelle vivent les enfants perdus semble magique.

« J'ai plus opté pour une esthétique du conte, donc des enfants perdus, un peu comme dans Peter Pan ou Oliver Twist, mentionne Samuel Matteau. J'aimais beaucoup l'idée que ces enfants-là habitent dans le coeur de la ville, qui est dans le cap Diamant, en fait, qui est entre la Haute-Ville et la Basse-Ville. »

Entièrement tourné à Québec, le film se déroule, entre autres, dans l'ancienne église protestante située sur la Grande Allée, dans le quartier Petit Champlain et sur les remparts de la ville.

Des images magnifiques

La direction photo du film est magnifique. Le jeune réalisateur a travaillé avec le directeur photo François Gamache, un ami de longue date. Ensemble, ils ont voulu développer « un langage narratif proche de la sensibilité adolescente », révèle le réalisateur de Québec. C'est-à-dire « une caméra très vivante, aérienne, très proche des visages, qui se colle aux émotions exacerbées des adolescents ».

Avec ce premier long métrage de fiction, Samuel Matteau signe un film sensible sur les jeunes, sur cette période poreuse où les frontières entre l'enfance, l'adolescence et l'âge adulte sont floues, une période où il faut parfois se mettre en danger pour savoir qui l'on est.

Ailleurs prend l'affiche le vendredi 16 mars au cinéma Le Clap. La représentation de 19 h sera suivie d'une rencontre avec le réalisateur.

Plus d'articles