Retour

Encore au moins une semaine de grève à la traverse Québec-Lévis

À moins d'un décret ministériel, la grève des officiers mécaniciens et de navigation durera encore au moins une semaine. Les usagers devront prendre leur mal en patience alors que les traversiers qui font le voyage entre Québec et Lévis ne semblent pas près de reprendre du service.

Le syndicat des métallos a annoncé une nouvelle série d'assemblées où les employés devront se prononcer sur les offres gouvernementales. Les syndiqués des 5 traverses touchées par la grève voteront, à tour de rôle, de dimanche à jeudi. Les résultats du vote ne seront donc pas connus avant jeudi soir ou vendredi matin.

Jeudi, le maire de Lévis a demandé au gouvernement du Québec de reconnaître la traverse Québec-Lévis comme un service essentiel.

Gilles Lehouillier considère qu'un minimum de service aurait dû être maintenu pour assurer la liaison entre Québec et Lévis. Il rappelle que la traverse a accueilli plus de 1,7 million de personnes et près de 350 000 véhicules, l'an dernier.

À Sorel-Tracy également les traversiers sont paralysés par la grève. Le maire, Serge Péloquin, a convoqué les élus municipaux à une assemblée extraordinaire lundi pour voter une résolution et définir la traverse comme un service essentiel.

Le Conseil des services essentiels a décidé interrompre totalement le service à Québec-Lévis et à Sorel, tandis que le nombre de traversées à L'Isle-aux-Coudres, Matane et Tadoussac est réduit pendant le conflit.

Casse-tête à la STLévis

La pression se fait sentir sur le transport en commun à Lévis au troisième jour du déclenchement de la grève. La grogne des usagers était palpable ce matin à bord de l'autobus Express ajouté en direction de la Colline parlementaire. L'autobus est bondé depuis mardi.

La Société de transport de Lévis a tout de même corrigé le tir en utilisant des autobus articulés, plus spacieux, sur le circuit.

Le président du conseil d'administration de la STLévis, Michel Patry, a constaté la situation ce matin. Il admet que faire face à une augmentation d'environ 25% de la clientèle aux heures de pointe est problématique.

« On déplace peut-être 300 personnes de plus le matin et le soir, alors, il faut vivre avec, c'est nos contraintes. On va essayer de le faire dans les meilleures conditions possible. »

400 places de stationnements incitatifs ont aussi été ajoutées.

La STLévis affirme faire tout ce qu'elle peut malgré ses moyens limités. Michel Patry demande à la clientèle de faire preuve d'indulgence.

« Ce n'est pas notre conflit de travail à nous. Nous, ont en subi les conséquences alors il faut que les gens comprennent. Ce qu'on fait c'est du dépannage dans le fond. Ce n'est pas notre volume de clientèle habituelle », souligne Michel Patry.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine