La rentrée a une saveur toute particulière cette année pour Marjolaine Leblanc et ses trois fils, Mael, Yoan et Olivier, 9 ans. Après bien des discussions et interrogations, la famille a décidé de faire le saut : l'école aura lieu à la maison, du moins cette année.

« On a décidé de faire l'école autrement, d'apprendre autrement », explique la mère des triplés.

L'idée est d'abord venue des demandes répétées d'Olivier, qui demandait depuis deux ans à rester à la maison, parce qu'il s'intéressait moins à l'école. La proposition a fait son chemin, jusqu'au moment de se lancer.

« Il y avait des peurs qui allaient avec ça, par exemple la peur économique : comment est-ce que je vais faire, comme maman qui vit seule avec mes enfants, pour subvenir économiquement », mentionne Marjolaine Leblanc dans une entrevue accordée à l'émission Première heure.

Puis, il y a eu un déclic : « J'ai pris du recul et j'ai réalisé que je cours le matin pour faire des lunchs alors que les enfants vont à l'école pour se faire garder sur l'heure du midi pendant que moi, je travaille pour payer le service de garde fois trois. Donc, cette peur-là s'est comme dissoute. »

Préparation et supervision

Le premier pas a d'abord été de se préparer avec les enfants, explique Marjolaine Leblanc. Quelles étaient leurs attentes?

« Je leur ai dit : "Attendez un peu, là! Vous n'allez pas passer votre journée assis sur le sofa à jouer à la tablette" et là, on a discuté, et c'est resté, ce désir de faire différemment. »

Une fois la décision prise, la famille entame les démarches auprès de l'école du quartier. Pour s'assurer que les enfants pourront, s'ils le souhaitent, réintégrer le système scolaire l'an prochain, Marjolaine Leblanc a choisi de faire un plan quelque part entre le cursus scolaire offert dans les écoles et l'éducation libre.

Au menu donc : plus de souplesse, plus de temps dehors, et plus de sports, sous la supervision de la Commission scolaire de la Capitale. La Loi sur l'instruction publique du Québec prévoit qu'il est possible pour les parents qui le souhaitent de garder les enfants à la maison, mais ils doivent leur offrir une éducation jugée équivalente à celle qu'ils recevraient sur les bancs d'école.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un drone filme la beauté de l'Australie





Concours!



Rabais de la semaine