Retour

Entente de principe à la Société des traversiers

Le gouvernement du Québec et le Syndicat des métallos, qui représente les employés en grève de la Société des traversiers du Québec, ont conclu lundi une entente de principe.

L'accord de principe sera soumis aux 150 officiers mécaniciens et de navigation, de mercredi à dimanche prochain. Il ne met cependant pas un terme à la grève, qui se poursuivra « jusqu'à ce que les membres se soient prononcés sur la proposition », précise le Syndicat des métallos par communiqué.

Initiée le 13 octobre, la grève paralyse totalement ou partiellement cinq lignes maritimes névralgiques.

Les négociations achoppaient notamment sur la question des salaires. Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, opposait une fin de non-recevoir à toute concession salariale de la part du gouvernement.

Selon les informations de Radio-Canada, les négociateurs syndicaux ont accepté le cadre général qui sera celui des autres employés du secteur public lorsque les conventions collectives seront signées ou imposées par décret. Certaines sources parlent d'une « clause remorque ».

En contrepartie, le syndicat aurait eu gain de cause quant à deux primes qui étaient au coeur du litige.

L'une des primes vise la rétention des employés. Des sources indiquent qu'il s'agit d'une prime d'expérience de 6,5% divisée en deux échelons additionnels. Cette prime devra démontrer son efficacité au cours des deux prochaines années pour être maintenue.

De plus le syndicat aurait obtenu d'élargir aux syndiqués de L'Île-aux-Coudres une prime de disponibilité.

Les parties avaient fait état de progrès dans les négociations au cours du week-end.

La semaine dernière, les officiers mécaniciens et de navigation avaient rejeté les offres patronales à 91 %.

Le premier ministre Philippe Couillard n'excluait pas le recours à une loi spéciale advenant la poursuite de la grève.

Avec les informations de Davide Gentile

Plus d'articles

Commentaires