Retour

Entraîneur accusé : « un cauchemar » pour l'Association de hockey Québec-Centre

« C'est un peu notre hantise d'en avoir qui se glisse comme ça dans les mailles du filet. C'est un cauchemar! » Le président de l'Association Hockey Québec-Centre (HQC) est ébranlé à la suite de l'arrestation d'un entraîneur de hockey mineur, Keven Pinard-Bédard, qui fait face à deux accusations de leurre d'enfants.

« On a un potentiel d'environ 350 bénévoles en tout. On fait tous les efforts pour filtrer les gens. On a en place un processus de vérification des antécédents judiciaires en collaboration avec la police de Québec et on vérifie systématiquement tout le monde », précise le président de l'HQC, Lucien-Pierre Bouchard.

Cette vérification n'avait rien révélé d'anormal dans le cas de Keven Pinard-Bédard qui était bénévole au sein de l'HQC depuis quelques années. Le jeune homme de 25 ans a été congédié de toutes ses activités au lendemain de son arrestation, jeudi dernier.

« On n'a pas de marge de manoeuvre, il faut réagir toute de suite », affirme M. Bouchard, qui a aussi rencontré les parents de joueurs dans les jours qui ont suivi l'événement.

Les gestes reprochés n'auraient pas été commis dans les arénas, précise M. Bouchard. Pinard-Bédard aurait contacté les deux jeunes sur les réseaux sociaux pour en venir à des demandes sexuelles.

Du matériel informatique et un téléphone cellulaire ont été saisis par l'Unité sur l'exploitation sexuelle des mineurs lors d'une perquisition chez Keven Pinard-Bédard.

Un arbitre étonné

Un arbitre qui a travaillé pendant plusieurs années avec Pinard-Bédard est surpris de la mise en accusation du jeune homme.

L'homme qui préfère ne pas être identité admet que ces événements sont troublants pour les associations sportives qui ne peuvent tout contrôler à 100 %. En tant qu'entraîneur, Keven Pinard-Bédard exerçait aussi une fonction d'autorité.

« On oublie assez rapidement qu'il n'avait pas seulement accès à des joueurs, mais aussi à des arbitres. Et 60 % de ceux-là sont mineurs, ils se douchent dans les chambres d'officiels, dont il avait accès. Étant plus âgé et plus ancien dans l'organisation, il a une position d'autorité sur chacun de ceux-là », écrit l'arbitre dans un échange de courriels.

Le cellulaire banni des vestiaires

L'AHC a fait circuler dernièrement une note à ses entraîneurs bénévoles pour interdire l'utilisation de téléphone cellulaire dans les vestiaires des joueurs.

« Encore une fois, c'est pour protéger les jeunes. Nous, on veut absolument éviter que dans un moment de manque de jugement, ils se filment entre eux, s'enregistrent, prennent des photos et que tout ça se retrouvent sur Internet », soutient Lucien-Pierre Bouchard.

Au moment de son arrestation, Keven Pinard-Bédard était entraîneur adjoint au niveau midget et entraîneur-chef pour une équipe junior de l'AHC en plus d'être marqueur lors des matchs, une activité rémunérée.

Le jeune homme était aussi entraîneur bantam A depuis un an pour les Éperviers de Beauport. Le site de Hockey Beauport a retiré le nom de Keven Pinard-Bédard de son site Internet.

Les deux associations de hockey mineur concernées ont invité les parents à discuter des événements avec leurs enfants. La police croit que Pinard-Bédard pourrait avoir fait d'autres victimes.

Plus d'articles