À 39 ans, Éric Martel-Bahoeli quitte le monde de la boxe la tête bien haute.

Pour son dernier combat qu’il livrait samedi soir au Centre Vidéotron, le boxeur de Québec n’a fait qu’une bouchée du Mexicain Hector Aguilar, qui a dû abandonner le combat 72 secondes au premier round.

« De pouvoir avoir fini ça au premier round, ça montre que j’étais prêt et que j’étais déterminé », a déclaré l’athlète de 36 ans en sortant du ring.

« Je me suis senti super bien. On dirait que je laissais aller les choses. Je profitais du moment présent. Quand le combat a commencé, j’ai été un peu surpris que mon adversaire voulait vraiment y aller. J’ai décidé d’imposer mon rythme. »

Dans son discours après sa victoire, Martel-Bahoeli a eu une pensée pour son ami boxeur David Whittom, décédé en mars après un combat. Le pugiliste de 39 ans avait été mis K.-O. en mai dernier lors d’un combat au Nouveau-Brunswick, ce qui l’avait plongé dans un coma artificiel. Il serait mort des suites d’une pneumonie.

« J’ai perdu un frère, mais je sais qu’il était avec nous ce soir, a-t-il lancé à la foule. Je pense à sa mère et à sa sœur, je vous aime. »

Inspirer les jeunes

Éric Martel-Bahoeli, qui est agent d’intervention au Centre jeunesse de Québec, souhaite maintenant utiliser son expérience d’athlète pour inspirer la relève.

« Je sais qu’il y en a qui disent que j’ai pris la piqure et que je vais faire un autre combat, mais non, a-t-il affirmé. Je veux finir ça comme ça et je veux continuer à travailler avec des jeunes qui, eux, voudraient faire une carrière en boxe. »

Plus d'articles