Retour

Éric Martel-Bahoéli serein et confiant à la veille de son ultime combat

À quelques heures de monter sur le ring pour la dernière fois de sa carrière, le boxeur de Québec Éric Martel-Bahoéli n'entretient aucun doute sur l'issue du combat qui l'opposera au Mexicain Hector Aguilar.

Un texte de Louis Gagné

« Un K.-O. au premier round, ce serait bien l'fun. Tant qu'à finir, on va finir comme il faut. Je ne veux pas trop faire de scénario à l'avance. Je vais faire ce que j'ai à faire, mais je veux le mettre hors de combat, ça c'est sûr », lance l’athlète de 36 ans.

Éric Martel-Bahoéli (11-7-1) affirme se sentir « un peu différent » que lors de ses combats précédents.

« Ce n’est comme pas la même émotion. On dirait que je suis vraiment décontracté pour la pesée, même si c'est à Laurier Québec. Normalement, j'ai vraiment comme un stress ou quelque chose. Là, je profite du moment, je profite de l'instant », confie le pugiliste.

Chant du cygne

Martel-Bahoéli disputera son premier combat depuis sa défaite par K.-O. subie aux mains d’Adam Braidwood le 24 février 2017 au Centre Vidéotron.

Pour son chant du cygne, le boxeur de Québec ne pourra compter sur la présence de son entraîneur et complice de longue date, François Duguay, à l’intérieur du ring.

Duguay, qui aurait préféré que son poulain mette un terme à sa carrière à la suite de son dernier combat, sera néanmoins à ses côtés dans les minutes précédant le combat.

« Sur le coup, ça m'a comme fait quelque chose [qu’il ne soit pas avec moi], reconnaît le poids lourd. Mais là, maintenant, je le comprends aussi. J'ai un bon entourage quand même. Ça fait que je me sens en confiance. Frank va être dans ma chambre. Je vais pouvoir lui parler. »

Avec son ami David sur le ring

Ce sera la première fois qu’Éric Martel-Bahoéli enfile les gants depuis le décès de son grand ami David Whittom, qui a rendu l’âme le mois dernier. Le boxeur de 39 ans était plongé dans le coma depuis près d’un an après avoir été mis K.-O. par Gary Kopas.

Martel-Bahoéli est persuadé que le disparu sera à ses côtés samedi soir au Centre Vidéotron. Il voit d’ailleurs dans cet ultime combat l’occasion de rendre hommage à son « chum David ».

« David va être avec moi dans le ring […] il est comme avec moi tout le temps. J'y pense tout le temps. La boxe, c'était son sport, c'était notre sport. On a partagé tellement d'affaires ensemble. C'est vraiment un frère, ça fait que c'est sûr qu'il va être là. »

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Plus d'articles