Retour

Événements festifs : vers un assouplissement des règles

Le maire de Québec, Régis Labeaume, entend faire modifier les règlements municipaux pour permettre aux grands rassemblements festifs comme la Fête nationale ou le Carnaval de s'étirer plus tard dans la nuit.

Le maire, qui a remis les clés de la Ville au Bonhomme Carnaval vendredi soir, a affirmé qu'il avait rencontré ses équipes et donné des directives en ce sens.

« On va élargir un peu, on va relaxer un peu nos règlements pour permettre aux gens de festoyer un peu plus tard. On avance là-dedans parce que moi, mon sentiment, c'est qu'on doit laisser plus de marge de manoeuvre aux événements. »

Le règlement municipal actuel prévoit la fin des festivités à 23 h le soir. Le maire a précisé sa pensée en ajoutant qu'il comptait ajouter une heure de plus lors des événements. 

Le maire assouplit aussi sa position pour la consommation d'alcool durant les grands événements. « Je ne dis pas qu'on va avoir de l'alcool dans les rues, je veux que les événements, on leur permette de terminer plus tard, de pouvoir servir de l'alcool plus tard. Québec, il faut que ça reste festif! »

Le maire rappelle que les règlements ont été resserrés il y a cinq ans dans le cadre de la fête nationale « dont on avait perdu le contrôle ». Sécurité renforcée et interdiction d'alcool dans les rues font partie des mesures mises en place en 2011 afin d'éviter les débordements.

Devant le succès de l'opération qui visait à rendre les festivités plus familiales, Régis Labeaume estime qu'il est temps de « relaxer les règles ». 

Un changement de ton qui surprend l'opposition. La conseillère Anne Guérette estime que le maire devrait consulter ses équipes avant de faire de telles déclarations. 

« Il décide ça, il informe tout le monde, d'après moi la police a même pas été informée et là les citoyens réagissent. On se retrouve encore dans une saga » s'exclame t-elle.

Réactions partagées 

Des commerçants de la Grande Allée sont favorables à l'assouplissement des règles. James Monti copropriétaire du bistro L'Atelier sur la Grande Allée estime qu'il est temps de redonner un peu d'ambiance aux festivités comme le Carnaval. 

« Un Carnaval, c'est vraiment quelque chose de festif, quelque chose qu'on sent [...] par exemple, à Rio, il y a des danseurs de samba, la fête est dans la rue et c'est possiblement ce qui nous manque à Québec. Donc, le fait d'insister sur ce point, c'est très important. »

Même son de cloche du côté du regroupement des gens d'affaires de la Grande Allée. André Verreault, directeur général, est d'accord avec un assouplissement tout en maintenant un certain contrôle.

Il affirme que des commerçants ont commencé à vendre de l'alcool après 23 h en collaboration avec les policiers l'été dernier. « Nous, on a commencé en juin lors de l'ouverture des terrasses et ça s'est très, très bien passé. On a tracé un bilan très positif de ça », affirme-t-il.

André Verreault souhaite d'ailleurs répéter l'expérience l'été prochain. Il ajoute cependant que la vente d'alcool dans les rues doit se faire de manière contrôlée pour éviter les débordements.

Si les commerçants sont enthousiastes, il en est autrement du côté du conseil de quartier du Vieux-Québec.

Alain Samson, le président, s'inquiète quant à la quiétude des résidents dans les quartiers centraux. Il demande au maire Labeaume de reculer. « Il y a des comités de citoyens qui s'opposeraient fortement au prolongement des heures. Déjà, il y a du vandalisme et des problématiques importantes en matière de sécurité publique », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires