Retour

Explosion à Donnacona : l'accusé demeure derrière les barreaux

L'homme accusé d'avoir provoqué une puissante explosion à Donnacona, en mai dernier, va rester derrière les barreaux pendant toutes les procédures judiciaires. Martin Delisle a échoué dans sa tentative de convaincre le juge de lui permettre de retrouver sa liberté en évoquant des raisons médicales.

Un texte de Yannick Bergeron

Le père de famille de 39 ans a subi de multiples séquelles à la suite de l'explosion. Martin Delisle portait des verres fumés pour protéger ses yeux de la lumière et a eu recours à un appareil auditif pour entendre les débats à la cour mercredi.

Un bandage qui recouvre son bras gauche, amputé au-dessus de son poignet, témoigne aussi des blessures subies lors de l'explosion survenue dans son logement de la rue Kernan, le 18 mai dernier.

Une ordonnance de non-publication empêche les médias de diffuser la preuve présentée pendant l'enquête sur remise en liberté.

Après avoir entendu les arguments des parties, le juge Michel Auger a décidé que Delisle demeurerait incarcéré pour la protection du public.

« J'ai peur que si on remet monsieur en liberté, il y ait un danger pour la société, mais aussi pour lui-même », a souligné le juge Auger.

Delisle fait face à quatre accusations, dont celles d'avoir possédé et avoir utilisé des substances explosives, d'avoir fabriqué des substances explosives et d'être responsable d'un incendie criminel provoqué par une explosion causant des lésions.

Un ami qui se trouvait avec lui au moment du sinistre a également subi des blessures, mais il n'a pas été accusé.

Martin Delisle qui a accumulé les condamnations criminelles depuis une vingtaine d'années reviendra devant la cour le 2 septembre pour la suite des procédures.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine