Retour

Expo Québec : plus cher pour les amateurs de manèges

Les familles et les amateurs de manèges qui songent à aller à Expo Québec pourraient trouver la facture salée cette année. L'organisation a baissé les tarifs d'accès au site, mais si on compte visiter le parc d'attractions pour les sensations fortes, le coût monte en flèche.

Une famille de 2 adultes et 2 enfants paiera 148 $ pour une journée avec un accès illimité aux manèges, alors qu'il en coûtait 95,50 $ l'an dernier. C'est une hausse de 55 %.

Pour les enfants de 3 à 11 ans, le tarif avec manèges passe de 18 $ à 33 $ et, pour les adultes, il grimpe de 29,75 $ à 41 $.

Pour l'accès sans manèges, le tarif est toutefois réduit : 10 $ pour les enfants et les 65 ans et plus, et 15 $ par adulte.

« Les gens disaient "si on va sur le site et qu'on ne fait pas de manèges, ça coûte trop cher". Ça plaît à l'un, ça peut déplaire à l'autre », justifie le président du conseil d'administration d'ExpoCité, Vincent Dufresne, rappelant que la nouvelle formule a été élaborée à partir de sondages réalisés auprès de la population.

L'administration Labeaume mise sur la quarantaine d'activités gratuites offertes sur le site - spectacles, Manoir de l'horreur, rodéo, ateliers de cuisine - pour attirer le grand public à la 105e édition de l'événement qui ouvre ses portes vendredi.

« On peut passer la journée sur le site sans s'ennuyer et on peut passer la soirée également sans s'ennuyer. Après ça, si on décide d'aller faire un, deux, trois manèges, on n'est pas obligé de payer un bracelet pour les gens qui ne sont pas des maniaques de manèges. Et ceux qui le sont, je pense qu'ils rentrent très bien dans leur argent, parce que si on se compare avec d'autres festivals, on est vraiment très compétitif », soutient Vincent Dufresne.

Vincent Dufresne ne cache pas que la nouvelle formule de l'« utilisateur-payeur » était également nécessaire pour renflouer les coffres de l'événement qui fait face à une baisse d'achalandage importante ces dernières années.

L'an dernier, Expo Québec a enregistré sa pire performance d'achalandage en sept ans. « Il fallait faire des calculs, revoir en tout et partout comment on pouvait arriver avec un résultat financier qui était meilleur. »

Plus d'articles

Commentaires