Retour

Exposition : Natures mortes envoûtantes d'Annie Baillargeon

L'artiste de Québec Annie Baillargeon, adepte de la performance et artiste plurisdiciplinaire, expose ces jours-ci à la Galerie 3 sa plus récente série d'oeuvres intitulée Les natures mortes : Épisodes de petits déclins

Un texte d' Anne-Josée Cameron

La nouvelle exposition d'Annie Baillargeon, qui est aussi l'une des fondatrices du collectif B.L.U.S.H., s'inspire des fins de cycle.

« Souvent, les titres m'inspirent et je voulais faire des épisodes de petits déclins, c'était dans ma vie ces idées-là, puis j'aimais la tradition de la nature morte en peinture, des objets inanimés. Ici, des corps inanimés dans des photographies. »

Le corps est partout dans le travail de l'artiste, et ce, depuis toujours, mais il est désormais tributaire des lieux où on le retrouve, des lieux foisonnants, denses.

« J'avais fait le tour du corps ornement dans des environnements plastiques où il n'y avait pas de profondeur et là, j'avais le goût de travailler la profondeur. Le paysage, l'environnement. C'est comme l'environnement qui prend le dessus sur le corps.C'est lui qui le gère, le dirige », raconte la créatrice.

Artiste pluridisciplinaire, Annie Baillargeon crée des oeuvres complexes où performance, photographie et aquarelle dialoguent. Il faut voir ces paysages sylvestres où des fées aux allures de sorcières s'en donnent à coeur joie.

« Je prends les paysages vierges, sans personnage, je refais un paysage qui n'existe pas. Là, je remets les personnages à l'intérieur, puis je recrée vraiment un scénario dans l'image, une autre mise en scène. Ensuite, je les imprime et après, j'interviens picturalement avec la peinture. »

Le résultat est envoûtant. Les 10 oeuvres exposées évoquent à la fois le merveilleux et le morbide, la joie et la détresse. Des émotions contradictoires qui viennent stimuler l'imagination du spectateur. Les natures mortes : Épisodes de petits déclins est une exposition qui interroge notre rapport à l'alimentation, à la beauté et à la déchéance.

L'exposition est présentée à la Galerie 3 sur la rue Saint-Vallier Est, jusqu'au 23 octobre.

Plus d'articles