Retour

Faute d’argent, la Société du patrimoine des Beaucerons doit fermer

L'histoire de la Beauce vient d'encaisser un coup dur. Faute de financement, la Société du patrimoine des Beaucerons doit mettre la clé sous la porte pour une période indéterminée. Plus de 800 000 documents d'archives remontant aux origines de la Beauce s'y trouvent.

« À la longue, c'est un peu comme une gangrène qui ronge les os. » C’est de cette façon que le maire de Saint-Joseph-de-Beauce, Pierre Gilbert, conçoit le manque de financement qui a fini par avoir raison de la Société du patrimoine des Beaucerons.

M. Gilbert affirme que la Fondation Robert-Cliche et la MRC de Beauce-Sartigan ont récemment cessé de financer le centre d’archives.

Le ministère de la Culture et des Communications du Québec n’a pas non plus renouvelé l’accréditation de la Société du patrimoine des Beaucerons, cette dernière ayant omis de transmettre un formulaire à temps.

M. Gilbert admet que l’erreur provient de la Société du patrimoine des Beaucerons, mais cet événement a cloué le cercueil de l’organisation : sans accréditation, une subvention de 30 000 $ a été perdue.

La mémoire de la Beauce

Le président du conseil d’administration de la Société du patrimoine des Beaucerons, Jean-Guy Breton, se désole de voir l’établissement fermer ses portes jusqu’à nouvel ordre.

« C'est vraiment la mémoire des Beaucerons, dit M. Breton. Ici, on a des archives qu'on accumule depuis 41 ans! »

M. Breton indique par exemple que tous les journaux de La vallée de la Chaudière publiés pendant 50 ans sont conservés dans le centre d’archives.

D’innombrables photos, des archives de mariage, de baptême et de sépulture, ainsi que les monographies de toutes les paroisses de la Beauce étaient aussi disponibles pour consultation.

Selon le maire Pierre Gilbert, plusieurs citoyens utilisaient les services de la Société du patrimoine des Beaucerons pour faire des recherches généalogiques.

Dès maintenant, des efforts seront faits par le conseil d’administration pour restructurer le centre d’archives et trouver de nouvelles sources de financement.

Il ne sera toutefois pas possible de récupérer l’accréditation auprès du ministère de la Culture avant 2020.

Plus d'articles