Retour

Fermeture appréhendée à la clinique sans médecin de Québec

La Coopérative de solidarité SABSA pourrait devoir fermer ses portes dès le 1er mai à moins d'un revirement de dernière minute. La clinique, qui offre des soins de santé en Basse-Ville de Québec sans avoir recours à des médecins, manque de financement.

La Fondation de l'Ordre des infirmières du Québec (OIIQ) n'a pas octroyé à la clinique une subvention espérée pour poursuivre ses activités. Ce financement représentait un montant de 250 000 $ sur deux ans.

Seuls les services pour le traitement de l'hépatite C seront donc maintenus à la clinique du boulevard Charest. « Pour les résidents des quartiers Saint-Sauveur, Saint-Roch sans rendez-vous et qui n'ont pas de médecins de famille, ce volet-là devrait fermer le 1er mai cette année », précise l'infirmière Isabelle Têtu, cofondatrice de la clinique SABSA.

Ce n'est pas la première fois qu'une fermeture est évoquée à la clinique de Saint-Roch dont le financement est incertain depuis son ouverture en 2014.

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a aussi affirmé en janvier que la clinique sans médecin SABSA devait être jumelée à un Groupe de médecine familiale (GMF) pour poursuivre ses activités.

Le ministre se dit favorable à l'accroissement du rôle des infirmières dans le réseau de la santé. Il préconise par contre le modèle d'un GMF dans lequel sont intégrées ces infirmières autonomes.

Une offre différente

Isabelle Têtu croit plutôt que les services offerts à la clinique SABSA sont complémentaires au GMF. « On n'est pas en parallèle ou complètement à l'opposé de ce qu'ils font, c'est juste qu'on prépare certains patients peut-être plus désorganisés à pouvoir entrer dans la structure actuelle de soins de santé. »

Des patients toxicomanes ou souffrants de problèmes de santé mentale qui n'ont pas accès à un médecin de famille sont parmi la clientèle de la clinique.

La clinique SABSA a été inaugurée grâce à une subvention de 150 000 $ la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ). Les soins sont offerts par des infirmières praticiennes et non pas des médecins, une première au Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine