Retour

Fermeture du stationnement Dalhousie : des résidents se feront entendre ce soir

Des citoyens et des commerçants de Québec comptent se présenter en grand nombre ce soir à la consultation publique organisée par la Ville au sujet de la fermeture temporaire du stationnement Dalhousie, qui sera prochainement en chantier jusqu'en février 2017 en raison des travaux d'aménagement de la place des Canotiers.

Même si la Ville de Québec a récemment proposé des mesures pour compenser la fermeture du stationnement, des résidents du Vieux-Port espèrent se faire entendre pour manifester leur opposition aux offres qui leur ont été proposées par l'administration municipale.

René Villemure, éthicien et résident du Vieux-Port, sera présent à l'hôtel de ville.

Celui qui habite la rue Sault-au-Matelot déplore que les résidents n'aient pas été consultés au sujet des projets que caresse la Ville dans ce secteur.

M. Villemure est d'avis que ceux qui habitent le Vieux-Port ont été mis devant le fait accompli. « Une construction dans un milieu de vie, ça se fait en dialogue et pas en imposant une solution », dit-il, faisant référence aux mesures d'atténuation annoncées à la mi-juillet par la Ville de Québec

L'éthicien raconte avoir reçu cavalièrement, en juillet, une lettre de la Société Parc-Auto du Québec, qui gère le stationnement Dalhousie, lui indiquant qu'il devrait dorénavant garer sa voiture à 550 mètres de chez lui, en Haute-Ville.

« J'ai appris [...] que mon stationnement était relocalisé plus d'un-demi-kilomètre plus haut, à l'hôtel de ville », déplore René Villemure.

Ce dernier déplore les façons de faire de la Ville. « On parle pour une période qui peut s'étirer jusqu'à trois ans [...] d'interdire, à toute fin pratique, l'accès à un quartier pour des commerçants, pour des résidents, pour des clients, pour des gens qui fréquentent les hôtels et les restaurants. »

René Villemure, qui assure ne pas être contre le projet de la place des Canotiers, garde bon espoir que les doléances des résidents trouveront un écho auprès des élus municipaux.

« Je ne pense pas qu'ils vont être insensibles à des arguments logiques. »

Plus d'articles

Commentaires