À presque une semaine du Sommet du G7, les Centres de la petite enfance sur la colline Parlementaire déplorent que le ministère de la Famille n'ait toujours pas pris de décision à savoir si les établissements devront fermer leurs portes durant les manifestations prévues à Québec.

Selon le Regroupement des CPE Québec Chaudière-Appalaches, le ministère de la Famille a fait parvenir une lettre aux CPE leur disant qu’il était conscient de la situation et qu’une décision serait prise « au moment opportun ».

Or, les CPE se demandent pourquoi la décision se fait attendre, d’autant plus que la décision a été prise de fermer les établissements scolaires du secteur.

« Ça créé un peu un sentiment de colère […] les gens se demandent pourquoi on juge nécessaire d’assurer la sécurité des enfants d’âge scolaire et de fermer les écoles, puis qu’on ne fait pas la même chose pour les CPE du secteur », lance la directrice du Regroupement, Élise Paradis.

Pour le moment, la décision de fermer les établissements est laissée à la discrétion de chaque CPE, mentionne Élise Paradis.

« Le Ministère pour le moment n’a pas pris de décision, donc ça repose vraiment sur chaque CPE et chaque conseil d’administration. »

Elle souligne toutefois que si les directions décident de leur propre chef de fermer leurs portes durant le Sommet, elles verront leur subvention octroyée par le Ministère coupée au prorata des journées où il n’y aura pas eu de service.

Inquiétude

S’ils demeurent ouverts, les CPE craignent d’être confinés durant les manifestations, ce qui suscite beaucoup d’inquiétude.

« Si le matin, on rentre au CPE, tout va bien, mais à 16 h, il y a une manifestation et là on se retrouve pris parce que les parents ne sont pas capables d’avoir accès et ce serait imprudent de faire sortir les enfants, alors ça, ça inquiète les gens », illustre Mme Paradis.

Les parents d’enfants fréquentant les CPE de la colline Parlementaire ont été mis au courant de la possible fermeture de leur établissement, mentionne Mme Paradis, mais les directions espèrent toujours une décision en ce sens du ministère de la Famille.

Des manifestations sont prévues dans le secteur les 7 et 8 juin 2018.

Plus d'articles