Le chanteur australien Vance Joy a su conquérir le coeur des Québécois en quelques années à peine. Après s'être produit au Festival d'été de Québec (FEQ) en 2015 et au Grand Théâtre en 2016, voilà que l'artiste au parcours hors de l'ordinaire s'amène à Lévis ce soir, dans le cadre du Festivent.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Depuis 2013, l'auteur-compositeur-interprète australien, James Keogh alias Vance Joy, a vu sa vie changer complètement.

Joueur de football professionnel et étudiant en droit, il commence d'abord à chanter dans les petits bars qui offrent des soirées « scènes ouvertes » vers la fin des années 2000. Il se trouve rapidement un agent et produit son premier minialbum intitulé God Loves You When You're Dancing.

C'est sur cet album que se trouve la chanson Riptide qui est un succès immédiat en Australie et qui lui permet de signer un contrat de cinq albums avec Atlantic. En 2014, il commence une tournée internationale avec Taylor Swift, dont il assure la première partie et enregistre son premier album, Dream you life away. Il entame en 2016, sa grande tournée Fire end blood. Son deuxième album, Lay it on me, vient tout juste de paraître.

Certains pourraient se sentir angoissés à l'idée de s'être engagé pour cinq albums, mais pas Vance Joy, dont la guitare et le téléphone sont les plus fidèles compagnons de création. Le chanteur raconte avec humour sa dépendance à son téléphone intelligent qui lui sert aussi de mémoire.

Mémoire et téléphone

C'est qu'il n'arrête jamais. Les idées et les mélodies s'entassent dans sa mémoire comme dans son téléphone et finissent par aboutir sur un album. Pour l'artiste, la création est un processus complexe, multiple et enivrant.

« Certaines paroles vous viennent facilement en tête et vous n'avez pas à travailler trop fort la nuit. Pour la chanson, Lay it on me, je lisais un livre où l'auteur disait que le monde débute et finit avec la peau de vos enfants. J'ai trouvé que c'était une belle idée. J'ai gardé cette idée sur mon téléphone et dans Lay it on me, on retrouve cette idée dans la phrase tout commence sur ta peau. C'est la phrase que j'aime le plus dans cette chanson. »

Par contre, il y a des moments ou « c'est carrément un processus d'essais-erreurs. J'essaie de trouver les mots qui vont avec la mélodie que j'ai en tête et quand je pense avoir trouvé je fais écouter la chanson à mes amis pour voir si ça fonctionne. »

Il arrive aussi que l'écriture d'une chanson soit comme la description d'un film que l'artiste aurait en tête.

« Je pense que c'est une bonne chose quand tu peux imaginer dans ta tête l'histoire que tu crées dans ta chanson, comme si tu lisais un livre. Par exemple, si tu as la mélodie, tu peux écrire les paroles selon le film que suscite la mélodie. Par ailleurs, je pense que si j'ai des images en tête au moment de l'écriture. [...] l'auditeur se fera lui aussi un film différent quand même. »

Pour l'auteur-compositeur-interprète, une chanson doit être émouvante.

« Les chansons qui me touchent vraiment, celles que je trouve puissantes sont souvent des chansons d'amour, pas toujours. J'aime les chansons émotives, humaines comme les chansons de Bruce Springsteen par exemple.Les histoires et les films qui trouvent écho en moi me semblent humains, réalistes. Je suppose que ça paraît dans mes chansons. » admet l'artiste.

Il adore Québec

Vance Joy parle avec enthousiasme du public de Québec, que ses musiciens et lui apprécient particulièrement. J'aime chanter à Québec nous confie l'artiste.

L'Australien compte d'ailleurs offrir quelques-unes de ses nouvelles chansons au public.

« Je viens de sortir cette nouvelle chanson intitulée Lay it on me que je compte bien présenter au public mardi (ce soir). En fait, je jouerai mes chansons du premier album et mes préférées du second. C'est agréable d' ajouter ces chansons au spectacle. Ça le renouvelle. Ça permet d'offrir quelque chose de nouveau à la foule. »

« Je veux continuer à venir chanter ici et c'est bien ce que j'ai l'intention de faire. On se sent vraiment bien quand on chante à Québec, on termine nos spectacles heureux. »

Ce bonheur, on l'imagine, devrait être partagé par la foule ce mardi soir, à compter de 21 h 30.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine