Retour

Financement illégal : un ancien attaché politique de Pauline Marois plaide coupable

Un ancien attaché politique, qui travaillait pour Pauline Marois dans le comté de Charlevoix, a plaidé coupable vendredi matin à une accusation liée à du financement politique.

Ernest Murray, arrêté au même moment que l'ont été Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté, a admis devant le juge avoir incité « quelqu’un à commettre un crime sans qu’un crime ait été commis ».

Les faits reprochés à M. Murray remontent à la campagne électorale de 2008, lorsqu’il est responsable du bureau de comté de Charlevoix du Parti québécois.

Il informe alors Martin Lapointe, un ingénieur de Roche, qu’il manque 10 000 $ dans la caisse électorale du Parti québécois pour mener à bien la campagne.

Prête-noms

M. Lapointe lui demande s’il connaît des personnes qui peuvent agir comme prête-noms. Murray lui fournit trois noms en lui spécifiant qu’il s’agit de personnes « sûres et fiables ».

Martin Lapointe n’a toutefois jamais donné suite aux demandes de financement d’Ernest Murray.

Ce dernier a reconnu les faits vendredi matin, au palais de justice de Québec. En revanche, la Couronne abandonne les accusations beaucoup plus graves le concernant, comme complot et fraude.

L’ancien responsable du bureau de comté du Parti québécois dans Charlevoix était visiblement soulagé. Il n’a toutefois pas voulu s’adresser aux médias. Son avocat, Mathieu Carignan, l'a fait à sa place.

Débat sur la peine

Les avocats ne s’entendent pas sur la peine. La Couronne demande une condamnation avec sursis et une probation d’un an, tandis que la défense souhaite plutôt une absolution conditionnelle.

S’il obtient une peine avec sursis, Ernest Murray aura un casier judiciaire, ce qui n’est pas le cas avec une absolution conditionnelle.

Il est en liberté dans l’attente de sa peine. Elle lui sera imposée au cours des prochaines semaines.

D'après les renseignements de Nicolas Vigneault

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine