Retour

Football collégial : les Faucons de Lévis-Lauzon sans complexe

Les Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon n'ont pas le passé glorieux des Cougars du Collège Champlain-Lennoxville, mais ils se présenteront confiants sur le terrain ennemi samedi, alors que les deux équipes s'affronteront pour une place en finale du Bol d'or 2017.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Les Faucons connaissent leur meilleure saison depuis l’arrivée de l’équipe dans la première division du football collégial québécois. Ils ont remporté sept victoires en neuf rencontres. Pour la première fois, ils ont la chance de se qualifier pour la grande finale québécoise.

Tout ça, les Faucons l’ont réussi avec un nouvel entraîneur aux commandes. Appelé en relève à Richard Savoie, qui a quitté son poste d'entraîneur quelques jours avant le début du camp d'entraînement, Pierre-Alain Bouffard croit avoir réussi à vendre à ses joueurs l’idée d’un style de jeu différent, peu orthodoxe.

« On essaie de garder le ballon. On n'hésite pas à tenter des choses sur le quatrième essai. On utilise le botté court et les jeux truqués. L’esprit d’équipe était déjà bon, mais ç’a vraiment créé une identité dans l’équipe. Les gars ont embarqué là-dedans. »

Battre les puissants Cougars

Les Cougars du Collège Champlain de Lennoxville représentent l'équipe la plus titrée du football collégial au Québec. Ils n'ont subi qu'une seule défaite durant la dernière saison régulière.

Malgré une défaite de 42-28 contre la formation de l'Estrie lors du tout premier match de la saison, Bouffard et son équipe ne ressentent aucun complexe face aux Cougars, 12 fois champions du Bol d’or.

« On a beaucoup évolué depuis ce match-là, explique Pierre-Alain Bouffard. On ne veut pas se comparer aux autres équipes, on veut se comparer à nous-mêmes. Sur le terrain, on met le focus sur ce que nous avons à faire plutôt que de mettre l’emphase sur ce que fait l’autre équipe. On a un groupe mature cette année, qui comprend bien ce message-là. »

Gagner sans Joanik

Les Faucons continuent d’avancer sans leur porteur de ballon étoile, Joanik Masse, blessé.

Le demi à l’attaque de 19 ans n'était qu'à 205 verges de battre le record québécois pour le plus grand nombre de verges au sol en une saison, qui date de 1998.

Malheureusement, Masse a subi une fracture au poignet lors de l’avant-dernière rencontre de la saison. Il serait très surprenant de le revoir en uniforme cet automne.

S'il reconnaît le brio de son vétéran de troisième année, Pierre-Alain Bouffard insiste pour dire que les succès de son équipe sont aussi l’affaire des joueurs de ligne offensive.

« Notre ligne offensive est à maturité. Elle est capable de bien lire les ajustements et bien comprendre le plan de match. Moi, je suis totalement en confiance avec les joueurs en place. »

L’autre demi-finale opposera les Cheetahs du Cégep Vanier aux Phénix du Collège André-Grasset.

La finale du Bol d’or 2017 aura lieu le 18 novembre au Complexe sportif Claude-Robillard, à Montréal.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine