Retour

François Marchand nie avoir voulu joindre Équipe Labeaume

Le candidat à la direction de Démocratie Québec, François Marchand, dément les prétentions de l'entourage du maire Labeaume selon lesquelles il aurait songé à se présenter pour Équipe Labeaume. Il accuse le maire de répandre des « mensonges » à son sujet. Le chef de cabinet du maire se dit quant à lui prêt à attester sous serment ses allégations.

Le 11 juillet dernier, François Marchand a rencontré le chef de cabinet du maire, Louis Côté. Une information confirmée dans le registre des visiteurs de l'hôtel de ville. Toutefois, les deux parties donnent des versions opposées des discussions qui ont eu lieu.

« Il voulait savoir mes intentions. Moi, j'ai clairement exprimé que je n'avais pas l'intention d'être conseiller municipal, surtout pas avec M. Labeaume, parce que j'avais une liberté d'expression que je ne voulais pas perdre », a défendu François Marchand, affirmant que c'est Louis Côté qui a sollicité la rencontre.

Or, selon la version du cabinet du maire Labeaume, c'est François Marchand qui a fait les premiers pas, se montrant intéressé à se présenter contre Anne Guérette, de Démocratie Québec, dans le district Cap-aux-Diamants.

« C'est au mois d'août que M. Côté a rappelé Me Marchand pour savoir qu'est-ce qui en était et que Me Marchand a dit : "je n'ai pas le goût de passer nécessairement mes soirées à des conseils de quartier, des conseils d'arrondissement, alors je décline" », a soutenu l'attaché de presse du maire, Paul-Christian Nolin.

« De la part d'un avocat, je trouve pour le moins bien imprudent Me Marchand de nier aussi catégoriquement qu'il n'a pas sollicité de se présenter pour Équipe Labeaume », ajoute-t-il.

M. Nolin ajoute que Louis Côté est « prêt à signer une déclaration sous serment que tout ce qu'il a dit est vrai ». François Marchand dit être prêt à en faire autant.

François Marchand, qui a confirmé en octobre qu'il se présentait pour Démocratie Québec, accuse M. Labeaume « de répandre des mensonges à [son] sujet pour porter atteinte à [son] image et à [sa] crédibilité » parce que sa candidature « lui fait peur ».

Anne Guérette, la rivale de M. Marchand, dans la course à la direction de Démocratie Québec, qualifie les faits allégués de « troublants » et « décevants ».

« Ça ébranle un peu la confiance. On peut se poser la question : est-ce que pour M. Marchand, Démocratie Québec, c'est un véhicule parmi d'autres? J'ai hâte que la lumière soit faite là-dessus. »

Elle ne veut pas présumer des impacts de cette histoire sur l'issue du vote. « Je vais laisser [les membres] faire leur réflexion. » Le nouveau chef sera élu le 4 décembre.

Plus d'articles