Retour

Fuites médiatiques : la défense de Nathalie Normandeau veut assigner Lino Zambito à témoin

Les avocats de Nathalie Normandeau et de Marc-Yvan Côté veulent faire témoigner Lino Zambito dans le cadre de leur requête en arrêt des procédures sur les fuites médiatiques.

Un texte de Yannick Bergeron

Nathalie Normandeau, Marc-Yvan Côté et quatre coaccusés souhaitent l'annulation de leur procès pour fraude et abus de confiance en invoquant les fuites d'éléments de preuve dans les médias.

L'un des avocats de Marc-Yvan Côté, qui pilote cette requête, a mentionné à la cour que Lino Zambito avait fait des révélations sur ces divulgations dans sa biographie.

L'ex-entrepreneur, condamné pour fraude et témoin vedette de la commission Charbonneau, jette le blâme sur un ancien procureur de la Couronne.

Il sera assigné comme témoin la semaine prochaine. Les avocats ont avisé le juge que son déplacement demandait une certaine logistique puisqu'il est sous protection policière.

Des journalistes

Les avocats de la défense veulent aussi appeler à la barre deux journalistes qui ont fait des reportages contenant des éléments de preuve obtenus par l'UPAC.

Un avocat représentant Radio-Canada a annoncé au tribunal que la société d'État allait s'opposer à ce que la journaliste Marie-Maude Denis témoigne.

L'autre journaliste évoqué est Louis Lacroix, qui a écrit un article, intitulé « Qui veut faire dérailler le procès de Nathalie Normandeau? », publié dans L'actualité.

Nathalie Normandeau absente

L'ex-vice-première ministre brillait par son absence à la première journée de ces audiences visant à trancher les requêtes préliminaires en vue de son procès.

Le juge a permis aux accusés de ne pas assister à cette étape préliminaire qui doit s'étirer sur deux semaines. Marc-Yvan Côté était également absent.

L'Assemblée nationale est intervenue dans le débat en demandant que des éléments de preuve recueillis dans l'enquête sur le député Guy Ouellette ne soient pas transmis à la défense.

Le débat sur ce privilège parlementaire n'occasionnera pas de délais, selon la poursuite.

Les avocats de la défense demandent aussi l'annulation du procès puisqu'ils estiment les délais déraisonnables.

Cette requête de type Jordan sera entendue mercredi. Le procès doit en principe commencer le 9 avril.

Plus d'articles