Retour

G7 : des avocats en renfort à l’aide juridique de La Malbaie

Le Bureau d'aide juridique de La Malbaie se prépare à faire face à une vague d'arrestations d'ici la fin du sommet du G7. Trois avocats supplémentaires se rendront dans Charlevoix mercredi pour soutenir les personnes qui pourraient être arrêtées lors de manifestations.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

« Étant donné que des manifestations sont à prévoir à La Malbaie, nous on a prévu une équipe un peu plus généreuse », explique la seule avocate du Bureau d’aide juridique de La Malbaie, Me Karine Hébert.

Les personnes arrêtées seront directement acheminées au centre de détention temporaire construit près de l’Aréna de Clermont. Ils comparaîtront de cet endroit par visioconférence alors que les avocats de l’aide juridique seront au Palais de justice de La Malbaie.

« C’est une question de logistique. S’il y a une grande quantité d’individus arrêtés durant les manifestations, ça serait compliqué avec le petit palais de justice que nous avons à La Malbaie », affirme Me Hébert.

Le service garde téléphonique de l’aide juridique à Montréal recevra les appels des personnes détenues durant la tenue du G7. Les dossiers qui concernent Charlevoix seront transférés à la cellule de La Malbaie.

« On va être disponible pour travailler 24 heures sur 24. On va être constamment au palais de justice avec les documents qu’on va recevoir du service de garde et on va comparaître pour les détenus », assure l’avocate.

Toute personne ayant un revenu inférieur à 30 000$ peut bénéficier de l’appui de l’aide juridique pour faire défendre ses droits. L’admissibilité des clients ne sera toutefois pas vérifiée lors des arrestations effectuées en marge du sommet du G7. Les manifestants en détention recevront automatiquement l’appui d’un avocat.

« Pour ceux qui ne seront pas admissibles et qui dépassent les barèmes, on va aller ensuite en récupération de coûts. Il se pourrait qu’une facture leur soit envoyée, mais on les informe lors de l’arrestation », précise Me Hébert.

Me Karine Hébert mentionne qu’elle se prépare depuis plusieurs mois avec son équipe à défendre les droits des manifestants.

« On va se concentrer à être en mesure de remettre ces personnes-là en liberté. S’il y a quelque chose à contester, on va le faire », conclut-elle.

Écoles fermées à La Malbaie

La Commission scolaire de Charlevoix n’a d’ailleurs pas voulu « prendre de risque » et fermera ses écoles de La Malbaie jeudi et vendredi alors que la sécurité entourant le sommet du G7 sera à son comble.

Les écoles primaires Marguerite-D’Youville et Félix-Antoine-Savard et l’école secondaire du Plateau seront donc fermées les 7 et 8 juin.

La Commission scolaire de Charlevoix analyse cette possibilité depuis plusieurs mois avec l’organisation du G7.

« On est dans l’inconnu. Le fait de ne pas devoir gérer la clientèle s’il y a une situation qui se présente, ça peut simplifier les choses. Ne pas prendre de risque, c’est une décision qui a été prise par la commission scolaire », explique la directrice générale Martine Vallée.

Le Groupe intégré de la sécurité (GIS) du G7 voulait limiter les déplacements dans la région de La Malbaie alors qu'une quarantaine de circuits d’autobus est nécessaire pour assurer le transport des quelque mille élèves de ces trois écoles.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces