À 17 jours du Sommet du G7, la mise en place des mesures de sécurité fait fourmiller la municipalité de La Malbaie, dans Charlevoix.

Plusieurs murets de béton utilisés l'été dernier à Montréal lors du championnat de formule E sont arrivés en camion mardi, en fin d’après-midi.

Au cours des prochains jours, ce sont près de 375 glissières en béton et 375 sections de clôtures métalliques qui seront démontées puis assemblées.

Le maire de La Malbaie, Michel Couturier, observe que depuis plusieurs jours, le crescendo d’activités en lien avec le G7 augmente.

« Les installations se préparent, ça se finalise. Ça se peaufine. Généralement, les gens sont quand même assez positifs de recevoir l’événement. En grande majorité, les gens sont fiers », souligne-t-il.

Au cœur du périmètre

Plusieurs commerçants situés au cœur de la zone verte, dont l’accès nécessite une accréditation, s’attendent à certains désagréments lors des trois journées du sommet.

C’est le cas de Monique Lefebvre, une résidente qui donne de chez elle des cours d’appoint à des élèves du secondaire et du cégep. Elle déplore que, faute d’accréditation, ses étudiants ne puissent pas se rendre chez elle pendant le G7, qui précède la période des examens.

« Pour eux, c’est impossible de venir ici et pour moi, ça va être difficile de me déplacer parce qu’on ne sait pas trop ce qui va arriver. Ça va être compliqué », dit-elle.

Rosaire Tremblay, lui, est propriétaire d'une résidence située au cœur de la zone rouge, le secteur le plus sécurisé. Sa maison est entourée de nombreuses clôtures, mais aussi de nombreuses caméras. Une situation que M. Tremblay prend tout de même avec un grain de sel.

« C’est certain que la clôture en tant que tel, ce n’est pas ça qui est le plus agréable à voir avec la vue, mais c’est un petit détail par rapport à tout ce que ça va apporter à La Malbaie », affirme-t-il.

Justin Trudeau sera à La Malbaie, mercredi soir, pour participer à une rencontre avec les citoyens de la région en prévision du Sommet du G7.

Plus d'articles