Retour

G7 : manifestation sous haute surveillance policière à Québec

Des centaines de personnes ont marché dans les rues de Québec, jeudi soir, escortées par un important déploiement de policiers antiémeute. Cette première manifestation en marge du Sommet du G7 s'est déroulée sans incident majeur.

Selon le bilan officiel du Groupe intégré de la sécurité (GIS), trois personnes ont été arrêtées sur le terrain en lien avec cette manifestation.

Un homme de 32 ans a été appréhendé pour possession d'arme et bris de condition. Un suspect de 24 ans a pour sa part été arrêté pour possession de matière incendiaire et bris de condition.

Puis, un homme de 36 ans a été interpellé pour avoir proféré des menaces sur Internet. L'homme a rapidement été identifié par l'équipe de la cybercriminalité de la Sûreté du Québec (SQ).

« Les policiers du Service de Police de la Ville de Québec (SPVQ) ont ensuite été en mesure de cibler rapidement l'individu sur le terrain lors de la manifestation et ainsi procéder à son arrestation », a-t-on précisé.

Les trois hommes sont détenus et doivent comparaître aujourd'hui par voie de vidéocomparution.

Aucun méfait sur la propriété n’a été rapporté et les manifestants ont suivi l'itinéraire prévu.

La marche anti-G7 était organisée par 45 groupes communautaires, dont le Regroupement en éducation populaire et action communautaire de Québec et Chaudière-Appalaches.

Les manifestants de tous âges, munis de pancartes et de porte-voix, ont scandé de nombreux slogans : « Le G7 ne nous représente pas », « Les groupes communautaires contre le G7 ».

Les participants s'étaient rassemblés pour dénoncer ce qu’ils qualifient de caractère antidémocratique et de manque de transparence du Sommet, de même que les sommes qui y sont investies.

« On est contre cette rencontre. On croit que ces sommes exorbitantes, 600 millions, qui ont été investies auraient dû être investies ailleurs, notamment dans les services publics, les programmes sociaux, et les impacts auraient été bien meilleurs », dit Alice-Anne Simard, coorganisatrice de la manifestation.

Haute surveillance policière

La marche s’est tenue tout au long sous haute surveillance policière. L’escouade antiémeute accompagnait pas à pas les manifestants.

Sans préciser le nombre d'agents sur place, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a mentionné que le corps policier était constitué de 1000 personnes.

Les manifestants qui s'étaient rassemblés au parc des Braves vers 18 h, avaient pris le départ avec presque une heure de retard.

La circulation a été bloquée sur le chemin Sainte-Foy où l’escouade antiémeute a déployé des poids lourds.

Les policiers voulaient s’assurer que les manifestants respectent leur itinéraire en suivant le chemin Sainte-Foy, l’avenue Cartier, la Grande Allée.

La marche a pris fin devant le Centre des congrès où se trouve le centre des médias pour le G7.

Des manifestants ont allumé des feux d’artifice et se sont assis dans la rue. Les participants ont commencé à se disperser dans le calme un peu avant 21 h.

Autres manifestations à venir

Les militants avaient remis leur itinéraire aux policiers.

La police de Québec a d’ailleurs affirmé être fin prête pour les trois manifestations prévues en marge du G7, y compris celles de vendredi pour laquelle l'itinéraire n'est pas encore connu.

D'autres manifestations sont aussi prévues, mais de moindre importance, assure l'inspecteur Réjean Pleau.

« Tout ce que vous devez savoir, c’est qu’on est prêt, puis lorsqu’il y aura des manifestations, il va y avoir des équipes en nombre suffisant pour les encadrer. Et encore une fois, c’est la protection des gens, des biens, et on veut que les gens puissent manifester de façon pacifique. »

Revoyez le déroulement de la manifestation de jeudi soir

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine