Retour

Gestion de l'offre : les agriculteurs québécois maintiennent la pression

Des dizaines d'agriculteurs vont visiter les bureaux de trois candidats conservateurs dans la région de Chaudière-Appalaches au courant de la journée. Ils maintiennent leur pression sur le gouvernement pour protéger le système de gestion de l'offre encadrant la production de lait, d'œufs et de volailles au pays.

À Lévis, les producteurs ont manifesté, ce matin, devant le bureau du ministre sortant Steven Blaney pour lui soutirer un engagement clair sur la protection du système. « C'est ce qu'on fait depuis 2006 et c'est ce qu'on fait par des gestes concrets », a affirmé Steven Blaney aux agriculteurs.

Le président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) Chaudière-Appalaches, Paul Doyon, a montré son désaccord. Il soutient que le fédéral n'en fait pas assez pour protéger les intérêts des producteurs et pour éviter la création d'une brèche dans la gestion de l'offre. 

« La protection qu'on a eue avec l'entente avec l'Europe, ce n'est pas suffisant. On a laissé entrer 17 000 tonnes de fromages en disant qu'on protégeait le système. Ce n'est pas une protection du système comme on le souhaite là », dit-il.

Le gouvernement fédéral s'engage par le système de gestion de l'offre à limiter l'entrée de produits importés et alloue des quotas aux producteurs canadiens.

Or, les agriculteurs partout au pays craignent que la signature d'un accord de libre-échange avec des pays de la zone pacifique mette en péril ce mécanisme mis en place dans les années 1970.

Le ministre Steven Blaney a tenté ce matin d'apaiser les craintes des agriculteurs, sans toutefois s'engager fermement dans le cadre des négociations actuelles.

Les producteurs manifesteront cet après-midi devant les bureaux des autres candidats conservateurs Jacques Gourde et Maxime Bernier. Des manifestations semblables ont eu lieu déjà en Ontario et à l'Île-du-Prince-Édouard.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine