Retour

Grand ménage dans un vieux dépotoir de Saint-Ferréol-les-Neiges

La municipalité de Saint-Ferréol-les-Neiges veut voir disparaître le dépotoir à ciel ouvert dans lequel s'entassent plus de 60 tonnes de déchets depuis plus d'un demi-siècle à quelques dizaines de mètres du sentier national Mestachibo.

La ville organise une grande corvée samedi afin de nettoyer le site.

« C'est très impressionnant, je ne peux pas rester insensible à la situation », affirme la mairesse de Saint-Ferréol-les-Neiges, Parise Cormier.

Le dépotoir, situé en plein cœur d'une forêt, est rempli de centaines de pneus, de carcasses de voitures, de réfrigérateurs et de vieux poêles à bois rouillés qui datent des années 1950 et 1960.

La corvée sera coordonnée par l'entreprise PurNat, spécialisée dans la dépollution des forêts. Plus de 130 bénévoles sont attendus.

« J'ai environ six secteurs du dépotoir spécifiques pour les bénévoles. Il y en a qui vont se consacrer aux pneus, d'autres au métal », explique le fondateur de PurNat Jean-Raphaël Poiré.

La mairesse n'était pas en mesure de chiffrer le coût de l'opération, mais elle estime qu'il est important de nettoyer les lieux. « Pour l'environnement, mais aussi moralement, on ne pouvait pas laisser ce lieu comme tel. »

Dépotoirs illégaux ailleurs au Québec

Jean-Raphaël Poiré affirme qu'il y a des dizaines d'autres dépotoirs semblables dans la région.

L'entreprise a déjà fait des opérations de nettoyage dans le secteur de Beauport et de Charlesbourg. « Depuis la fondation de PurNat [il y a deux ans], on a nettoyé 25 tonnes de déchets », souligne le directeur exécutif.

Il y aurait également d'autres sites similaires sur la Côte-Nord et dans le Centre-du-Québec, notamment. « Où il y a du bois normalement, il y en a beaucoup. »

Les objets récupérés sont soit revalorisés soit recyclés. Les pneus, par exemple, peuvent servir à la confection de terrains de soccer synthétiques.

Les citoyens qui souhaitent participer à la corvée sont attendus au bout de la rue des Carouges à compter de 9h samedi.

Plus d'articles

Commentaires