Retour

Grande restructuration pour relancer les archives de la Beauce

Le ménage a été fait à la Société du patrimoine des Beaucerons (SPB), fermée depuis le début de l'année en raison de problèmes financiers. Les membres du conseil d'administration ont démissionné et un comité de relance a été mis sur pied pour rendre de nouveau accessibles plus de 8000 documents d'archives.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

La SPB permet aux chercheurs et à la population de consulter des documents qui datent de l’origine de la Beauce, comme des articles de journaux, des photos et des certificats de mariage.

« On parle du début des années 1600. C’est notre patrimoine qui est ici. C’est très important de les conserver et de savoir où ils sont », fait valoir Yvan Poulin, un des membres du comité de relance.

En automne dernier, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) n’a pas renouvelé l’accréditation de l’organisme puisque celui-ci avait omis de transmettre un formulaire à temps.

Cette erreur administrative s’est conclue par la perte d’une subvention de 30 000 $ ce qui a achevé la SPB qui éprouvait déjà des difficultés financières.

Lors de l'assemblée annuelle en avril, les membres du conseil d’administration ont démissionné pour laisser le champ libre au comité de relance.

« Les membres du conseil d’administration voyaient la lourdeur des tâches qu’ils avaient à effectuer. Ils en sont venus à la conclusion que c’était mieux d’avoir un vent de fraicheur pour être en mesure de relancer l’organisme », explique le coordonnateur du comité de relance, André Lambert.

250 000 $

Le comité de relance doit notamment revoir le financement de l’organisme. La SPB doit amasser 250 000 $ pour assumer les opérations des deux prochaines années et éponger un déficit de près de 44 000 $.

Un objectif qui s’annonce ambitieux puisque plusieurs contributeurs ont quitté le navire au cours des dernières années. Le comité rencontrera les anciens donateurs pour les informer de la restructuration en cours.

« Il y a une crédibilité à aller chercher à travers ces instances et c’est notre rôle de faire en sorte que ce qui va être légué au futur conseil d’administration soit sur des bases solides. On veut des engagements financiers fermes », explique M. Lambert.

Le comité souhaite que les trois MRC beauceronnes s’impliquent dans l’administration et le financement de la SPB. Yvan Poulin rappelle que la MRC Beauce-Sartigan a cessé d’appuyer financièrement la société depuis deux ans. Il soutient que les élus doivent parler d’une seule voix dans ce dossier.

« Au niveau des négociations qu’on doit faire avec le ministère, ce n’est pas une municipalité, mais bien trois MRC qui se regroupent ensemble pour avoir une force de frappe plus marquée qui donne aussi une bonne crédibilité au projet », affirme Yvan Poulin.

Réouverture cet été

Le comité de relance souhaite pouvoir rouvrir la Société du patrimoine des Beaucerons cet été.

Des discussions sont toujours en cours avec BAnQ pour l’obtention de l’accréditation et de la subvention de 30 000 $. Si la réponse est négative, l’organisme devra attendre en 2020 avant d’effectuer une nouvelle demande.

BAnQ répond qu’elle compte collaborer à la relance des activités de l’organisme en organisant, entre autres, une rencontre avec le prochain conseil d’administration pour préciser les étapes à suivre.

« ll est notamment prévu que BAnQ participe, sur invitation, aux rencontres du comité de relance de la SPB, soutienne le comité de relance de la SPB dans ses différentes démarches auprès des instances gouvernementales et municipales », conclut la conservatrice et directrice générale des Archives nationales à BAnQ, Hélène Laverdure.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité