Retour

Grands Prix cyclistes : Pier-André Côté du bon côté de la clôture

Pier-André Côté le répète : il ne se laissera pas impressionner par le prestige des Grands Prix cyclistes, ni par la renommée des coureurs qui seront à ses côtés sur la ligne de départ, vendredi et dimanche.

Un texte de Jean-Philippe Martin

« On sait que ce sont les meilleurs au monde. Mais à la fin de la journée, ce sont des cyclistes autant de moi. Si je commence la course en étant impressionné, je pars en retard. »

À quelques heures de s'élancer pour la première fois aux Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal, il sait toutefois qu'il devra bien gérer ses émotions. Surtout lorsqu'il réalisera que ce rêve, inatteignable il y a quelques années à peine, est devenu réalité.

« Il y a quelques années, je roulais ici, sur le boulevard Champlain, de l'autre côté des clôtures, en essayant de suivre les pros. C'était il y a 5 ou 6 ans, quand j'étais un petit gars qui faisait du vélo. Je n’aurais jamais pensé être de l'autre côté de la clôture. J'espérais devenir, peut-être, un bon cycliste. Mais de là à rouler avec les meilleurs, je ne pensais pas. »

Le maillot du Canada

Le cycliste de Saint-Henri-de-Lévis portera le maillot de l'équipe canadienne lors des Grands prix cyclistes de Québec et Montréal.

Cyclisme Canada profite de la tenue d'épreuves du circuit UCI World Tour à Québec et Montréal pour offrir une expérience de course à ses meilleurs cyclistes de moins de 23 ans. Ceux-ci sont jumelés à d'autres Canadiens plus expérimentés, comme Antoine Duchesne, Ryan Anderson et Bruno Langlois.

« Depuis qu'il est jeune, je le vois progresser. Il a une très bonne saison cette année », dit Bruno Langlois.

Le cycliste de 20 ans, qui se dit plus sprinteur que grimpeur, veut avoir un bon souvenir de sa première présence aux Grands Prix.

« Je vais m'organiser pour faire une bonne course. On va essayer de faire de cette opportunité, une expérience, mais aussi une performance. Je veux me mettre de l'avant, soit dans une échappée. Sinon, ce sera de s'occuper du mieux possible des leaders de l'équipe pour qu'ils arrivent le plus frais possible à la ligne d'arrivée », raconte Pier-André Côté.

Montréal pour préparer les mondiaux

Le cycliste enfilera le maillot du Canada à nouveau ce mois-ci, en Norvège, lors des championnats du monde des moins de 23 ans.

Le membre de l'équipe Silber pro cycling ne pourrait espérer une meilleure préparation qu'un rendez-vous avec les meilleurs cyclistes du globe, à moins de deux semaines des Mondiaux. D'autant plus que le parcours du Grand Prix de Montréal est similaire à celui de Bergen, où sera couronné le champion du monde 2017.

« Ces courses vont se courir un peu de la même façon. Les championnats du monde, c'est une course sur circuit. La dynamique est différente qu'une course en ligne. Et la côte [Camilien-Houde] à Montréal ressemble à celle des championnats du monde en Norvège. »

L'Université pour aider...au sommeil

En plus de récupérer de sa participation au Tour de l'Alberta la semaine dernière et de se concentrer en vue des courses de Québec et Montréal, Pier-André Côté doit gérer... la rentrée universitaire.

Étudiant de première année en actuariat, il a fait l'impasse sur les cours de jeudi et il pédalera vendredi, pendant que ses collègues seront en classe.

« Mais, je fais mes lectures avant de me coucher » assure-t-il. « Ça m'aide à dormir. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine