Retour

Héma-Québec courtise les nouvelles mères pour combler un besoin pressant en lait

La Banque publique de lait maternel de la province compose avec un manque de donneuses qui pourrait avoir de graves conséquences, selon Héma-Québec.

Cette réserve, qui est gérée par Héma-Québec, a été mise sur pied en 2014 pour offrir un coup de pouce aux mères qui accouchent avant terme et qui peinent à produire suffisamment de lait pour nourrir leur enfant ayant vu le jour après une période de gestation de 32 semaines ou moins.

Dans un monde idéal, l'organisation aimerait pouvoir compter sur 300 donneuses.

Or, elle en compte un peu moins de 200.

Cette insuffisance a une lourde conséquence, selon le porte-parole d'Héma-Québec, Laurent Paul Ménard.

En entrevue avec La Presse canadienne, il a expliqué que la Banque « n'est pas en mesure présentement de satisfaire les besoins des unités de néonatalogie qui donnent des soins à des grands prématurés ».

Appel aux nouvelles mamans

Pour remédier à la situation, M. Ménard a souhaité lancer un appel aux nouvelles mamans qui allaitent des poupons de moins de 12 mois et qui produisent du lait en abondance.

Il les a invitées à offrir leurs surplus à la Banque en soutenant que leur générosité pourrait permettre de « sauver des vies de petits bébés arrivés avant terme ».

Pour les inciter à passer à l'action, Laurent Paul Ménard a insisté sur le fait que le processus de récolte des dons a été simplifié à l'extrême pour « l'adapter à la réalité de la nouvelle mère ».

« Tout se passe au domicile de la maman. C'est vraiment un système qui est conçu pour qu'elle puisse prélever ses surplus de lait et les mettre dans son congélateur. Puis, à intervalles réguliers, elle n'a qu'à communiquer avec Héma-Québec qui envoie un service de messagerie pour aller chercher le lait chez elle », a-t-il résumé.

« Même pour les procédures d'inscription, tout peut se faire à partir de la maison pour avoir le moins possible d'impact sur le quotidien d'une mère d'un très jeune enfant », a-t-il ajouté.

Les donneuses doivent avoir une bonne santé générale, être non-fumeuses et provenir de la Communauté métropolitaine de Montréal, de celle de Québec, de Laurier-Station ou encore de Saint-Basile.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ce husky n'arrête pas d'éternuer!





Rabais de la semaine