Retour

Hommage à Éloïse Dupuis pour que « sa mort ne tombe pas dans l'oubli »

« Éloïse est disparue un jour, mais c'est inconcevable », estime sa tante encore sous le choc de la mort prématurée de sa nièce. Pour Manon Boyer, le souvenir d'Éloïse doit perdurer. Le 3 décembre prochain à Laval, elle entend lui rendre hommage en compagnie de quelques-uns de ses proches et amis.

Manon Boyer demeure persuadée que sa nièce a été contrainte, lors de son accouchement, de refuser une transfusion sanguine, comme le préconise le mouvement des témoins de Jéhovah. Elle souligne que la jeune femme rêvait d'avoir des enfants.

« Éloïse ne méritait pas de mourir de cette façon. Je pense qu'elle mérite grandement un hommage et c'est ce que nous allons lui offrir. »

Joint au téléphone, le conjoint d'Éloïse Dupuis, Paul-André Roy, nous a confirmé que des funérailles intimes ont eu lieu avec la famille immédiate. Il n'a pas voulu en ajouter affirmant vouloir vivre son deuil en paix.

Manon Boyer n'en démord pas : elle souhaite que la mort de sa nièce serve de leçon. « Je pense à un débat de société, car nous sommes rendus là. Et moi, je ne lâcherai pas tant qu'il n'y aura pas de changements au Code civil », dit-elle.

On ne peut pas laisser tous les mouvements sectaires faire ce qu'ils veulent dans nos hôpitaux, c'est inconcevable.

Manon Boyer, tante d'Éloïse Dupuis

La tante de la jeune femme, qui a déposé une plainte au Service de police de la Ville de Lévis, mentionne que l'enquête suit son cours.

Une autre enquête du coroner

Ce qui la rassure en ce moment, dit-elle, c'est que le coroner Luc Malouin mène une autre investigation sur la mort d'une femme survenue dans des circonstances similaires au cours des dernières semaines.

Membre des témoins de Jéhovah, Mirlande Cadet, 46 ans, a perdu la vie en milieu hospitalier à Montréal le 3 octobre après avoir donné naissance à son 6e enfant.

Les rapports médicaux d'Éloïse Dupuis et de Mirlande Cadet seront étudiés par le coroner, qui attend également les résultats de l'enquête de la police de Lévis dans le cas d'Éloïse Dupuis.

Manon Boyer se concentre sur l'hommage qu'elle souhaite rendre à sa nièce dans l'attente de réponses sur les circonstances de sa mort.

Plus d'articles