Retour

Hydro-Québec : des interruptions de service coûteuses pour les entreprises

Les entreprises comme Frima et H2O Innovation, dont les bureaux sont situés dans l'immeuble du 330, rue Saint-Vallier, l'ancien édifice du Soleil, estiment faire les frais des interruptions de service planifiées par Hydro-Québec.

Hydro-Québec procède depuis quelques semaines à des pannes d'électricité de demi-journées pour réaliser des travaux dans le secteur. La première fois, il y a deux mois, la panne prévue de 9 h à midi n'a duré que 15 minutes. De plus, l'interruption de service prévue vendredi matin la semaine dernière a été annulée à la dernière minute et remise à cette semaine.

Les entreprises qui, chaque fois, doivent accorder des congés à leurs employés déplorent cette gestion des pannes par Hydro-Québec. François Sansregret, chef des opérations chez Frima Studio, qui produit des jeux vidéo, mentionne que son entreprise en subit des pertes financières.

« Il y a réorganisation d'horaire et nous, comme employeur, c'est sûr que ça fait un peu frivole à tout bout de champ d'avoir des pannes qui ne se font pas ou qui durent 15, 20 minutes et ça représente une perte de revenus aussi. »

Des dizaines de milliers de dollars

Avec trois demi-journées de congé forcé, François Sansregret évalue les pertes à plusieurs dizaines de milliers de dollars pour Frima, qui compte 350 employés.

« Évidemment, c'est nous qui assumons les pertes de toutes ces demi-journées. Ça nous apparaît qu'au Québec, pour une société d'État prestataire de services, on trouve ça étrange qu'il n'y ait pas d'aménagement qui tient compte davantage des considérations économiques pour les entreprises privées », soulève-t-il.

De son côté, H2O Innovation, qui compte 35 employés, essuiera aussi des pertes financières, dit Marc Blanchet, vice-président affaires corporatives.

Si les locataires de l'édifice ont obtenu qu'Hydro-Québec procède à son interruption cet après-midi plutôt que ce matin, Marc Blanchet souligne qu'une panne planifiée les soirs ou les fins de semaine aurait moins de conséquences pour les entreprises.

« On fait avec, mais on aurait préféré que ce soit fait sur des heures qui ne sont pas des heures d'ouverture de bureaux, les soirs et les fins de semaine. »

Selon lui, Hydro-Québec évoque des questions d'heures supplémentaires pour justifier sa façon de faire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine