Retour

« Il faut réduire la masse salariale », prévient le maire Labeaume

Le maire de Québec Régis Labeaume a l'intention de revoir les avantages sociaux accordés aux employés municipaux. Lors d'un point de presse tenu à l'issue de la signature de l'entente sur le pacte fiscal, Régis Labeaume a réitéré sa volonté de réduire la masse salariale de ses employés.

Actuellement, la masse salariale représente 500 millions de dollars du budget de la Ville de Québec. Le maire Labeaume veut s'attaquer en priorité aux conditions de travail des employés municipaux qui sont 38 % plus avantageuses que celles des fonctionnaires au gouvernement.

Le maire de Québec cible des points précis de la convention collective. « L'écart, ça coûte 200 millions. La question est de savoir comment on rétrécit ça, ce n'est pas compliqué. Juste les assurances, ça coûte extrêmement cher, les congés, ça coûte cher », a dit le maire Labeaume.

Le maire n'a pas voulu préciser les économies qu'il entend réaliser pour éviter, dit-il, de négocier sur la place publique.

Nouveaux pouvoirs à préciser

Mais avant de se retrouver face aux syndicats, la Ville de Québec et les autres municipalités devront s'asseoir avec le gouvernement pour déterminer quels seront les pouvoirs qui permettront aux villes de décréter les conditions de travail ou les termes d'une convention collective.

« L'objectif est toujours le même, « rebalancer » un sain rapport de force dans les négociations entre les villes et leurs employés. À la fin du processus, il faudra que les élus aient le pouvoir de prendre l'ultime décision », explique Régis Labeaume.

Le gouvernement Couillard s'est engagé à présenter des modifications législatives au printemps 2016 pour mettre en oeuvre cette disposition du pacte fiscal.

Plus d'articles

Commentaires