Retour

Imposition d'une distance minimale : soulagement chez les cyclistes

Deux ans après avoir perdu sa fille, happée par un camion alors qu'elle circulait à vélo, Jean Blais est soulagé par l'annonce du ministre des Transports, Jacques d'Aoust.

« Ça donne l'espoir que les choses aillent mieux entre cyclistes et automobilistes », laisse-t-il tomber.

Dès cet été, une distance minimale d'un mètre sera imposée entre les voitures et les cyclistes. Les amendes pour emportiérage seront aussi beaucoup plus salées.

Mais ce n'est pas tout de changer la loi. Selon Louis Ganeau, il faut aussi faire connaître ces nouvelles dispositions et faire de la sensibilisation.

« Ça prend encore de la bonne publicité pour comment se comporter, de bien cohabiter et de ne pas trop s'approcher des cyclistes » , fait valoir le président du Club Ganeau Québec.

Yan Turgeon, bloggeur pour le site Vélurbaniste, tient un discours semblable.

« Ce qui est important, c'est d'avoir une culture du vélo. D'avoir une conscience de la part des automobilistes que les cyclistes sont vulnérables, qu'il faut faire attention. Ce n'est pas juste de se tenir à un mètre de distance, il faut ralentir un peu, c'est de faire preuve d'empathie. »

Le ministre des Transports, Jacques Daoust, a promis que les nouvelles dispositions du code de la sécurité routière entreront en vigueur à temps pour la belle saison.

À l'automne, le gouvernement entend poursuivre sa réforme et imposer, notamment, une distance minimale de 1,5 mètre sur les routes rurales.

Plus d'articles

Commentaires