Retour

Inondations : l’heure est à la reconstruction dans Duberger-Les Saules

Les sinistrés des inondations survenues le mois dernier dans le secteur de Duberger-Les Saules, à Québec, se relèvent tranquillement. Sur la cinquantaine de résidences qui ont été inondées, plusieurs ont subi d'importants dommages. L'heure est maintenant à la reconstruction.

Un texte de Jean-François Nadeau

Lorsque la rivière Saint-Charles est sortie de son lit, le 13 janvier dernier, le sous-sol de la résidence de Lise Desjardins a été inondé par près de deux mètres d'eau. Les murs et les planchers de sa demeure ont tous dû être arrachés.

« C'est inhabitable pour le moment à cause des odeurs, à cause des saletés, à cause des poussières. Tout ce qu'on a monté en haut, c'est [entassé] dans ma chambre, c'est dans le salon, c'est dans la salle à diner », mentionne-t-elle.

Les travaux de démolition sont pratiquement terminés, mais la reconstruction pourrait prendre plusieurs mois en raison de l’étendue des dommages. Mme Desjardins évalue les dégâts à environ 200 000 $.

« Refaire tous les planchers, pis les châssis? Les châssis sont mouillés, les bas de châssis, moi je suis sure qu'il faut tout refaire les châssis. Les portes-patios ont travaillé. Elles ne rouvrent pas bien. Les toilettes, l'électricité sont à refaire », énumère la résidente.

Lise Desjardins doit également composer avec la perte des revenus qu’elle tire normalement du logement qu’elle loue dans le sous-sol de sa maison.

Un quartier en chantier

Elle n’est pas la seule à vivre cette situation. Dans le quartier, les conteneurs à déchets de construction et de démolition se comptent par dizaines. Un peu partout, des travailleurs s'affairent à démolir, assécher etreconstruire.

« Ici, il y a de l'eau qui a monté jusqu'à au moins trois pieds. On désabrille tout le sous-sol au moins jusqu'à quatre pieds pour s'assurer qu'il n'y a plus d'eau, plus de moisissures, enlever des planchers aussi », explique Guillaume Lemieux, charpentier-menuisier pour l’entreprise Sinisco construction.

Plusieurs sinistrés disent avoir reçu pour l'instant une aide financière de quelques milliers de dollars pour répondre aux besoins les plus urgents. Des sommes additionnelles seront disponibles une fois les réclamations analysées.

Lise Desjardins a hâte de connaître le montant de la facture qu'elle aura à assumer. En attendant de retrouver sa maison, elle est toujours hébergée à l'hôtel. Elle y restera au moins jusqu'à la fin du mois de février.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine