Retour

Interconnexion : Lehouillier demande à Labeaume de « ravaler » le morceau

Gilles Lehouillier demande à son homologue de Québec de « ravaler » le morceau sur l'abandon du projet de Service rapide par bus par la Ville de Lévis et de collaborer dans le dossier de l'interconnexion entre les deux rives.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

Gilles Lehouillier a profité de la séance du conseil municipal lundi soir pour rappeler le mandat qu’il a obtenu du gouvernement du Québec pour mener des études afin de réaliser l’interconnexion de son réseau de transport collectif avec celui de Québec.

« On lance à nouveau un appel à la Ville de Québec pour dire que nous on est prêt à collaborer », a mentionné le maire de Lévis.

Le gouvernement du Québec a octroyé vendredi une aide financière de 7,9 M$ de dollars à la Ville de Lévis pour qu’elle réalise les études nécessaires à la mise en place de son projet de transport collectif. De ce montant, une somme de 4,4 M$ est dédiée exclusivement aux études pour l’interconnexion entre les deux rives.

À la suite de cette annonce, Régis Labeaume avait fait preuve de peu d’ouverture à l’appel de collaboration de son collègue de Lévis. « Qu’il s'occupe de ses affaires et nos deux sociétés de transport se parleront », s’était contenté de répondre le maire de Québec.

Visiblement offusqué de cette réaction, Gilles Lehouillier a insisté pour dire que la collaboration de Québec est nécessaire dans ce dossier. Il demande à son collègue de faire fi de leurs différends antérieurs.

« Il va falloir qu’il finisse par le ravaler. Si on ne ravale pas, on va avoir des problèmes. C’est une exigence du gouvernement. Je crois aussi savoir que la Coalition avenir Québec et le Parti québécois ont la même exigence », a souligné le maire.

Gilles Lehouillier contactera Régis Labeaume cette semaine pour en venir à un règlement.

Plus d'articles