« Oui, je vais y aller », a lancé sans ambiguïté Agnès Maltais à sa sortie de l'avion à l'aéroport international Jean-Lesage de Québec. La députée de Taschereau croit que son expérience et sa fougue font d'elle une candidate idéale au poste de chef par intérim du Parti québécois, dans la foulée de la démission de Pierre Karl Péladeau.

Même si son collègue Sylvain Gaudreault refuse encore de confirmer sa candidature pour le poste, Agnès Maltais croit qu'il ne s'agit que d'une formalité. Dans les dernières heures, le député de Jonquière a multiplié les entrevues dans les médias.

« On s'est parlé tout à l'heure. On s'est souhaité l'un et l'autre bonne chance », dit-elle.

En mission à Paris depuis quelques jours, Mme Maltais est rentrée précipitamment au Québec à l'annonce du départ de son chef.

La députée assure que Pierre Karl Péladeau a fait un « magnifique travail » à la tête du parti et souhaite que ses appels au ralliement des forces souverainistes en vue des prochaines élections trouvent un écho dans la prochaine course à la direction du PQ.

Un appel au calme

Agnès Maltais souhaite que le débat qui mènera à la sélection du prochain chef par intérim du Parti québécois ne déborde pas à l'extérieur du caucus des députés. Les 29 membres de l'aile parlementaire péquiste doivent se réunir à Québec vendredi pour trancher la question.

« Ça se passe dans le caucus. Ça ne se passe pas dans les médias ou dans les médias sociaux. Il faut que ça se passe dans le caucus », a-t-elle martelé en référence à certains députés qui ont déjà publiquement appuyé un candidat.

Agnès Maltais estime par ailleurs crucial que le Parti québécois se range éventuellement en bloc derrière un nouveau chef.

« À la fin de tous ces événements-là, autant la course par intérim que la chefferie, il faut avoir un parti uni. Dans deux ans, on va être en campagne électorale contre les Libéraux. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine