Retour

« J'ai perdu le contrôle sur l'histoire », déplore Alice Paquet

La présumée victime d'agression sexuelle Alice Paquet se plaint dans une lettre publique d'avoir « perdu le contrôle sur l'histoire » qui a contraint le député Gerry Sklavounos à quitter le caucus libéral et déplore que des journalistes aient « fouillé dans [sa] vie privée pour y repérer des détails qui n'ont servi qu'à détourner l'attention publique de l'agression ».

Dans cette lettre publiée dans Le Devoir, la jeune femme s'insurge en outre que ces révélations aient servi « à camoufler l'enjeu principal - en l'occurrence la banalisation et la minimisation systématiques des violences sexuelles à l'endroit des femmes ».

« Un article du Journal de Québec indique effectivement que des "révélations troublantes" à mon propos sont parues à la suite des recherches d'un blogueur. On y apprend notamment que j'ai déjà été escorte, comme si une telle information avait une incidence sur le bris de consentement dont j'ai été victime, à l'instar de tant de femmes », regrette-t-elle.

Alice Paquet dénonce en outre le sort réservé aux victimes d'agressions sexuelles en général, qui en sont réduites à justifier certains agissements afin de prouver le bris de consentement dont elles ont été victimes. Elle invite les femmes à la solidarité pour combattre « la culture du viol ».

La jeune femme doit rencontrer une enquêteuse de la police de Québec aujourd'hui, a-t-elle fait savoir samedi dans une publication sur sa page Facebook, ajoutant qu'elle se retirait de l'espace public afin de laisser la justice suivre son cours.

« Même si cette affaire est publique maintenant, ça ne regarde que moi de vous dire ou non les détails de ces nuits-là, écrit-elle. Le tout se fera en cour, et la loi décidera du sort de cet homme. »

Plus d'articles