Retour

Jacques Delisle dépose sa requête de remise en liberté

Les avocats de Jacques Delisle ont déposé une requête pour réclamer la remise en liberté de l'ex-juge en attendant que la révision de son dossier par la ministre de la Justice soit terminée.

Le document de 16 pages a été déposé, mercredi, au palais de justice de Québec. Jacques Delisle, qui affirme avoir été condamné à tort pour le meurtre de son épouse, Nicole Rainville, a entrepris un ultime recours, en mars 2015, dans l'espoir que sa cause soit revue.

Parmi les trois motifs évoqués pour réclamer sa remise en liberté à ce stade-ci des procédures, ses avocats soulignent le dépôt d'une nouvelle preuve qui soulève de « sérieuses préoccupations quant à la validité de la condamnation ».

Il est aussi mentionné que Jacques Delisle se « conformera à toute ordonnance de libération », tout en soulignant que la détention de Jacques Delisle « n'est pas nécessaire dans l'intérêt du public ».

L'homme de 81 ans purge une peine de prison à vie au Centre de détention de Sainte-Anne-des-Plaines depuis juin 2012. L'ex-juge retournerait vivre dans son condo du secteur Sillery si sa demande de libération est acceptée.

Des appuis à sa requête

Pour appuyer sa requête, huit déclarations sous serment signées par des proches et d'ex-collègues, dont trois juges à la retraite, ont aussi été déposées en cour.

Dans sa déclaration, l'ex-juge à la Cour d'appel, Jean-Louis Baudouin, qui a rendu régulièrement visite à M. Delisle au pénitencier de Sainte-Anne-des-Plaines, affirme que son ami est confiant que « la vérité éclatera ».

Il se montre aussi « très préoccupé de sa réputation à l'endroit de ses petits-enfants », relate M. Baudouin. Il dit ne pas vouloir mourir « alors qu'ils penseront [qu'il a] pu assassiner leur grand-mère ».

Son fils, Jean, déclare espérer « de tout coeur » que son père puisse être libéré sous cautionnement et s'engage à le voir régulièrement.

Plus d'articles

Commentaires