Après avoir mené de mains de maître le tournoi de tennis de Québec pendant près de 20 ans, Jacques Hérisset annonce qu'il prendra sa retraite au terme de la Coupe Banque nationale qui s'ouvre samedi.

Jacques Hérisset est arrivé à la tête de l'organisation en 1996 alors que le tournoi traversait des années difficiles. Il a été sauvé in extremis par un groupe de gens d'affaires de Québec, dont Patrick Roy. « On venait de perdre les Nordiques une année avant. On ne voulait pas en perdre un autre » se rappelle-t-il.

Le directeur a gravi tous les échelons avant d'en prendre les rennes. « J'ai été chasseur de balles. J'ai été bénévole. J'allais chercher les joueurs à l'aéroport. Je les amenais à l'hôtel. On est prêt à tout faire quand on aime ça. »

L'homme de 72 ans est avant tout un joueur de tennis, parmi les meilleurs que la région a produit. Il a aussi consacré sa vie à l'entraînement. Il a formé des dizaines d'athlètes.

Malgré le succès de l'événement, qui a attiré les meilleures raquettes au monde, dont Jennifer Capriati et Maria Sharapova, Jacques Hérisset n'hésite pas à attribuer une bonne partie du mérite à son entourage qui y a cru au fil des années.

C'est l'actuel directeur-adjoint, Pierre-Luc Tessier, qui prendra sa place dans quelques semaines. Il avoue qu'il aura de « gros souliers à chausser ». Il pourra toujours compter sur Jacques Hérisset qui a encore du mal à imaginer que la retraite approche. « Je me force à y penser. » Il avoue ne pas savoir comment il pourra se tenir loin de l'organisation qui lui tient toujours à coeur.

Jacques Hérisset juge tout de même qu'il est temps de passer le flambeau pour donner un autre élan à l'événement.

Plus d'articles

Commentaires