Retour

Jaggi Singh : coordonnateur payé par les étudiants de l’Université Concordia 

Le salaire annuel du militant antifasciste Jaggi Singh, employé au Groupe de recherche d'intérêt public de l'Université Concordia (GRIP-Concordia), est financé à même les droits de scolarité des étudiants. Ces derniers en deviennent membres automatiquement à leur inscription.

Un texte de Cathy Senay

C’est un peu plus de 37 000 dollars que reçoit annuellement le militant Jaggi Singh, si l’on inclut le salaire et les dépenses allouées. Singh est le coordonnateur des groupes de travail au centre de ressources GRIP-Concordia. Ces groupes de travail sont formés d’étudiants sur une base bénévole et se concentrent sur un enjeu en particulier, dont la brutalité policière.

Le mandat général du Groupe de recherche d'intérêt public de l'Université Concordia est de favoriser le travail de recherche au sein d'organismes communautaires et d'orienter la prise de décision vers des consensus.

Réaction de l’Université Concordia

Le Groupe de recherche d’intérêt public de l’Université de Concordia n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue et non plus l’association étudiante, le Concordia Student Union. La porte-parole de l'Université a quant à elle tenu à distancier l'institution de tout propos à ce sujet.

Mme Barr a aussi souligné que les étudiants ont la possibilité, pendant une période précise, d'être remboursés s'ils ne veulent pas financer le Groupe de recherche d’intérêt public.

Militant critiqué

Jaggi Singh a été fortement critiqué par le maire Régis Labeaume pour son rôle joué dans la contre-manifestation dimanche dernier. Lui et plusieurs autres manifestants avaient comme objectif de bloquer la sortie des membres du groupe La Meute dont l’intention était de dénoncer la venue de demandeurs d’asile haïtiens à Montréal dans les rues de Québec.

« Pour ce qui est du groupe de Singh, ce sont des crétins. Banaliser la violence comme ils le font, ça n’a aucun bon sens », avait rétorqué le maire Régis Labeaume dans le cadre d’une conférence de presse lundi en demandant à ces militants de ne pas revenir manifester dans sa ville.

La réplique de Jaggi Singh avait été cinglante quelques heures plus tard dans Facebook.

« Plus largement, Labeaume reproduit la rhétorique de l’extrême droite raciste en ordonnant aux gens de « retourner d’où ils viennent. […] En me ciblant spécifiquement, le maire Labeaume encourage les trolls d’Internet et les activistes anonymes de l’extrême droite qui, sur une base quotidienne, font des commentaires racistes à mon égard et m’envoient des menaces. Cette personnalisation à mon endroit est dangereuse et provocatrice. »

Dimanche, Jaggi Singh a d’abord été arrêté par la police puis relâché. Aucune accusation n’a été portée jusqu’à ce jour. L'enquête se poursuit. Singh s’est fait connaître il y a 20 ans en raison de son arrestation au sommet de l’APEC à Vancouver. Il avait été également arrêté 4 ans plus tard au Sommet des Amériques qui se tenait à Québec. Dans les deux cas, il avait été acquitté.

Plus d'articles

Commentaires