Retour

Jaggi Singh évoque des liens entre l’extrême droite et la police de Québec

Le militant Jaggi Singh allègue que des liens entre certains policiers de Québec et des groupes d'extrême droite le privent de son droit à un procès juste et équitable en plus de mettre sa sécurité en danger.

Un texte de Louis Gagné

« Est-ce que je peux vraiment me sentir en sécurité et penser que c'est un procès valable quand il y a des liens possibles entre les policiers qui sont en train de faire les enquêtes et les groupes d'extrême droite? », a demandé l’activiste, jeudi, lors de son passage à la cour municipale de Québec.

Il affirme que des groupes identitaires tels que La Meute, Storm Alliance et Atalante n’hésitent pas à vanter les liens qu’ils ont avec les corps policiers.

Accusations

Jaggi Singh est accusé d’entrave et de supposition de personne en lien avec sa participation à la manifestation contre le racisme qui s’est déroulée à Québec le 20 août dernier.

Le militant avait été arrêté une première fois le jour de la manifestation, mais avait été relâché au bout d’une heure sans qu’aucune accusation ne soit déposée contre lui.

Il avait été arrêté à une deuxième reprise le 29 août, cette fois à Montréal, à la suite d’une enquête menée par le Module des crimes généraux du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Jaggi Singh avait comparu le lendemain à la cour municipale de Québec pour répondre à des accusations d’entrave et de supposition de personne.

« L’influence » de Labeaume

L’activiste conteste les accusations qui ont été portées contre lui ainsi que les conditions d’engagement. Il soutient que les déclarations qu’a faites à son sujet le maire de Québec, Régis Labeaume, dans les jours suivant la manifestation du 20 août ont joué un rôle dans son arrestation.

« Le maire a fait beaucoup de commentaires qui m’ont porté préjudice. Il a parlé de moi comme un chef de gang, mais d'où vient cette information? De la police, d'une autre place? À mon avis, ç'a influencé toute la dynamique des choses, car une semaine après, je suis arrêté », a fait valoir M. Singh.

Assigner le maire à comparaître?

Il s’est adressé à la cour municipale de Québec pour demander la divulgation de différents éléments de preuve ayant conduit à son arrestation.

Jaggi Singh souhaite notamment obtenir les communications qu’il y aurait eu à son sujet entre le SPVQ et le cabinet du maire. Le militant n’exclut d’ailleurs pas de citer Régis Labeaume à comparaître.

« Le maire est un témoin pertinent concernant la divulgation de la preuve parce que s'il y a un lien entre la Ville et la police sur tout ça, ça va être une chose très, très pertinente pour ma défense. Je peux même demander que les accusations soient retirées », a souligné M. Singh.

Avec les informations de Jean-François Nadeau

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?