Retour

« Jamais je n’ai essayé d’inciter des gens à se taire », dit Gérald Cyprien Lacroix

L'archevêque de Québec, Gérald Cyprien Lacroix, nie fermement avoir fermé les yeux sur un présumé cas d'agression sexuelle qui serait survenu à l'Institut Séculier Pie X alors qu'il y œuvrait.

Un texte de Louis Gagné

« Jamais, jamais je n’ai essayé de taire ou d’inviter des gens à se taire lorsqu’ils me parlaient d’allégations [d’agressions] sexuelles, d’abus sexuels. Jamais », a martelé Mgr Lacroix, mercredi, dans une entrevue exclusive accordée au Téléjournal Québec.

Le cardinal réagissait à la poursuite intentée contre l'Institut Séculier Pie X par un homme qui affirme y avoir subi des agressions sexuelles de l'âge de 3 à 16 ans.

La présumée victime, André Lachance (qui est aujourd’hui âgé de 48 ans), aurait été agressée par son oncle, Jean-Paul Lachance. Ce dernier était membre de la mission apostolique, située dans l’arrondissement de Charlesbourg. L’agresseur présumé s’est enlevé la vie en 2014.

André Lachance soutient que Gérald Cyprien Lacroix, qui a œuvré au sein de la mission apostolique en tant que membre laïque, puis en tant que secrétaire général, a été informé des présumées agressions à deux reprises. À chaque fois, Mgr Lacroix lui aurait demandé de pardonner à son agresseur.

Des allégations que réfute catégoriquement le cardinal. « Pour moi, les gens qui ont déjà souffert et qui viennent te partager quelque chose comme ça, ils méritent d’être accueillis, écoutés et accompagnés », a-t-il dit.

« Je suis très, très peiné »

Gérald Cyprien Lacroix a côtoyé le présumé agresseur pendant de nombreuses années. Il s’est dit attristé par les gestes qu’aurait commis Jean-Paul Lachance.

« Je suis très, très peiné. Peiné pour lui, peiné pour l’institut, peiné pour les gens qui disent avoir souffert de cette situation-là », a confié l’archevêque de Québec.

Même si les allégations du plaignant risquent de porter atteinte à sa réputation, Mgr Lacroix affirme qu’il a bien fait de dénoncer les abus qu’il aurait subis.

« S’il a vécu ces choses-là, il fait bien d’avoir dénoncé, et laissons place à la justice pour faire la lumière et la vérité sur ces éléments-là. Nous, notre réponse, c’est de toujours collaborer avec la justice », a déclaré l’homme d’Église.

Plus d'articles