Retour

Jean-François Roy aurait tué le chauffeur de taxi par « automatisme »

Jean-François Roy, qui a tué un chauffeur de taxi beauceron en novembre 2014, a offert un témoignage en deux temps mardi. Après avoir répondu avec aplomb aux questions de son avocat, l'accusé a dû être rappelé à l'ordre par le juge lors du contre-interrogatoire.

Un texte de Yannick Bergeron

Accusé du meurtre prémédité d’Hygin Veilleux, Jean-François Roy a commencé par exposer sa vie au jury.

Une vie marquée par des hauts et des bas, a-t-il fait valoir lorsque questionné par son avocat, Me Gabriel Michaud-Brière. Ce dernier a expliqué avant le témoignage que son client se trouvait dans un « état d’automatisme » au moment du drame.

Dans les jours qui ont précédé les événements, Roy venait de faire une autre tentative de suicide. Souffrant d’anxiété sévère, il a cessé de prendre sa médication sous la recommandation de son médecin.

C’est alors que l’accusé aurait perdu le contact avec la réalité, selon ses dires. Il affirme ne pas se souvenir du moment où il est passé à l’acte.

Roy a seulement deux « flash » de l’événement, selon ses dires. L’un au moment où il conduit une voiture avec un cadavre à ses côtés et l’autre alors qu’il stationne le véhicule.

Conscient?

Le procureur de la poursuite lui a fait valoir qu’il semblait pourtant bien conscient de ce qu’il faisait, le 7 novembre 2014.

Me François Godin lui a fait remarquer qu’il avait pris soin d’amener des vêtements de rechange. « C’est un geste conscient et cohérent, non?, » ademandé le procureur. « Oui ce l’est, mais dans mon délire », a répliqué l’accusé de 33 ans.

Le juge a dû rappeler à l’ordre Jean-Francois Roy pour qu’il cesse d’argumenter avec le procureur de la poursuite et qu’il s’en tienne aux questions.

Excuses à la famille

Lors de l’interrogatoire principal, Jean-François Roy a pris un moment pour dire qu’il était sincèrement désolé aux membres de la famille d’Hygin Veilleux.

Son fils qui se trouvait dans la salle n’a pas semblé ému par ce geste.

Le procès de Jean-Francois Roy reprend mercredi avec des témoins experts. La mère de l'accusé doit également témoigner.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine